HSBC avant Panama Papers : L’État du Sénégal détiendrait une longue liste…rouge



Un scandale qui en ressuscite un autre. Si en France et dans bien d’autres pays en Europe, les révélations au mois de février dernier du journal Le Monde sur le scandale planétaire qui avait touché la banque britannique HSBC et sa filiale à Genève ont permis de laver le linge sale à la justice, au Sénégal, on ne connaît même pas encore les noms des personnalités concernées.

Or, selon des sources basées à l’étranger, relaie "Enquête", il existe bien des Sénégalais, connus dans la place dakaroise, qui sont dans la liste noire de ce scandale qui avait révélé que plus de 180 milliards d’euros auraient transité par les comptes HSBC de plus de 100 000 clients à Genève et de 20 000 sociétés offshore. Parmi cette clientèle mondiale ayant pratiqué l’évasion fiscale, on trouve des trafiquants d’armes, des personnes liées au crime organisé, des chefs d’entreprise, des hommes politiques, des têtes couronnées, des sportifs de haut niveau ou encore des personnalités du show-business.

L’établissement, deuxième groupe bancaire mondial, semble avoir aidé voire incité tous ses clients à pratiquer la fraude et l’évasion fiscale. L’Etat du Sénégal a-t-il cherché à savoir, étant entendu qu’il a les moyens d’avoir l’identité. Les sources de nos confrères, estiment que oui. Quel usage a-t-il fait de ces renseignements ? S’est-il contenté de ranger dans les tiroirs ces dossiers ? Ce scandale avait éclaté lorsque l’informaticien Hervé Falciani, qui avait soustrait des milliers de données concernant des comptes de clients de la filiale suisse de la banque HSBC entre 2006 et 2008, a choisi de les publier. Celles-ci ont été transmises au journal Le Monde qui les a partagées avec des journaux du monde entier à travers l’International Consortium de journalistes d’investigation dont le siège est à Washington.


Mardi 5 Avril 2016 - 10:08



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter