Habib Sy du Pds crée Vision pour un Sénégal Nouveau et présente Macky Sall comme un président vulnérable et fragile



Habib Sy du Pds crée Vision pour un Sénégal Nouveau et présente Macky Sall comme un président vulnérable et fragile
Un mouvement de prolongement du travail de Wade. C’est ainsi que le dernier Directeur de cabinet de Wade présente son mouvement. Habib Sy rappelle qu’il avait déjà créé un mouvement dit Sopi 2000 en perspective des élections de 2000. Il a aussi rappelé son long compagnonnage avec Wade, avec qui il dit partager des valeurs et il n’est pas un bradeur de valeurs. Le mouvement qui s’appelle Vision pour un Sénégal Nouveau demeure dans « le libéralisme démocratique et solidaire ». Le maire de Linguère qui précise qu’ il n’a pas parlé avec Wade de son projet continue son œuvre, sa vision politique. Sur la question de savoir si ce n’est pas là une voie détournée pour rallier l’Apr, Habib Sy répond jamais ! Et il ne reproche rien à l’actuelle direction du Pds. Sur la gestion de Macky sall qu’il présente comme un président vulnérable et fragile, il pense qu’ il exerce un pouvoir qui se repose sur des recherches d’équilibre, en fonction d’idéologies et de partis politiques. Sur le bilan d’un an de Macky Sall, Habib Sy dans le grand jury de la Rfm ce dimanche rapporte que c’est un grand rien.


Dimanche 31 Mars 2013 - 18:21




1.Posté par sinaasappe le 31/03/2013 19:30
Orange

L’orange est un agrume, fruit des orangers, des arbres de différentes espèces de la famille des Rutacées ou d'hybrides de ceux-ci. Il en existe donc plusieurs types, principalement issus de l'espèce Citrus sinensis comme les oranges sanguines, et les oranges amères produites par le bigaradier.
Comestible, elle est très riche en vitamine C. C’est le quatrième fruit le plus cultivé au monde.
L’orange serait la pomme d’or du jardin des Hespérides.
Les noms de l'orange, dans les langues d'Europe et de Méditerranée, laissent reconnaître les diverses pérégrinations qu'a connues ce fruit au cours de son histoire. On y retrouve les deux grandes routes suivies par l'orange (cf. Histoire ci-dessous) : d'un côté, l'orange amère qui passa des Perses aux Arabes, puis aux pays méditerranéens ; de l'autre, l'orange douce que lesPortugais rapportèrent de Chine au xvie siècle.
Un premier groupe de termes est emprunté à l'arabe médiéval نرنجة [naranjah], lui-même emprunté au persan نارنج [nāranj], qui est issu du sanskrit नारङ्ग [nāraṅga]. Certaines langues conservent le n initial, comme l'espagnol naranja, le vénitien naranza, le grec νεράντζι [nerantzi] (‘orange amère’), le serbo-croate наранџа/narandža ou encore le hongrois narancs. D'autres ont modifié cette consonne, comme le portugais laranja, le yiddish מאַראַנץ [marants] ou le catalan taronja. D'autres, enfin, ont perdu la consonne initiale (phénomène de déglutination), comme l'italien arancia (ou dans les composés anciens mel-arancia et pom-arancia) ou le provençal auranja. Le français orange a subi en outre une modification de voyelle, peut-être – dit-on – sous l'influence de la ville d'Orange. L'allemand Orange et l'anglais orange sont empruntés au français. Le gallois oren, le japonais オレンジ [orenji] et le maori ārani sont empruntés à l'anglais. L'occitan, à l'ouest du Rhône, emploie une variante irange [i'randge]. Le polonais pomarańcza et le tchèque pomeranč sont empruntés à l'ancien italien pomarancia, lui-même combinaison dulatin pomum ‘fruit’ et de arancia. Une autre étymologie propose de rapprocher l'italien pomarancia du latin pomum aurantium ‘fruit/pomme d'or’. Une expression comparable se retrouve enhébreu, où תפוז tapouz (orange) est une contraction de tapoua'h zahav, « pomme d'or ».
Plusieurs langues des Balkans et de Méditerranée nomment l'orange par le nom du Portugal. C'est le cas avec le napolitain portogallo, le grec πορτοκάλι [portokali], l'albanais portokalli, lebulgare портокал [portokal], le roumain portocală, le niçois pourtegal ; ainsi que le turc portakal, le géorgien ფორთოხალი [phortokhali], l'arabe برتقال [burtuqāl], le persan moderne (farsi) پرتقال[porteghal], l'amharique ብርቱካን [birtukan].
Un troisième groupe de langues, au nord de l'Europe, emploie une périphrase signifiant ‘pomme de Chine’. C'est le cas de langues germaniques et scandinaves : allemand du nordApfelsine ; danois, norvégien et suédois appelsin ; ou dans l'ordre inverse, néerlandais sinaasappel. Enfin, le finnois appelsiini, le letton apelsīns le lituanien apelsinas, le russe апельсин[apelsin] et le biélorusse апельсін [apelsin] ont emprunté leurs formes aux langues scandinaves. Au côté des mots arabes [burtuqāl] et [leymoune] (de l'espagnol limón, citron) utilisés au Maroc pour désigner les oranges, certaines régions nomment ce fruit latchine (du fr. la Chine) pour indiquer son origine ; en Algérie, on dit parfois tchina. À Santo Domingo, un jus d'orange se dit « jugo de china ».
Enfin, d'autres langues du monde emploient des racines différentes. Par exemple, en indonésien, l'orange s'appelle jeruk.

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter