Haïti: indignation après l’assassinat d’un militant des droits humains

L'assassinat samedi 8 février 2014 du militant des droits de l'homme Daniel Dorsinvil et de sa femme, en plein après-midi dans une rue d'un quartier résidentiel de Port-au-Prince, suscite une grande émotion en Haïti où la société civile dénonce un climat d'impunité grandissant dans la capitale.



Marché de Port-au-Prince, novembre 2013. RFI/Assétou Samaké
Marché de Port-au-Prince, novembre 2013. RFI/Assétou Samaké

Indignation et colère, ce double meurtre est un choc pour les proches de Daniel Dorsinvil et de sa femme. Militant de longue date, le leader de la POHDH, la Plateforme des organisations haïtiennes des droits de l'homme, était une grande figure de la société civile du pays.

Via un communiqué publié ce lundi, la présidence de la République qualifie de « barbares» les auteurs de ce crime et déplore l'existence « d'escadrons de la mort qui sème le deuil dans les familles haïtiennes ».

A Port-au-Prince, les meurtres par balles sont récurrents, surtout aux abords des banques. Mais Daniel Dorsinvil et sa femme ont été assassinés alors qu'ils marchaient dans un quartier résidentiel : en plein après-midi, lui a été tué d'une balle à la poitrine alors que son épouse a reçu 5 projectiles.

Sans vouloir tirer de conclusion hâtive, Antonal Mortimé, le secrétaire d'organisation que dirigeait Daniel Dorsinvil, considère tout de même que la violence du crime prouve qu'il s'agit d'un assassinat politique, d'une exécution sommaire. Les militants des droits humains espèrent tous que la police va pouvoir retrouver le ou les auteurs de ce crime.

Source : Rfi.fr
 



Mardi 11 Février 2014 - 10:25



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter