Hiroshima: 70 ans après, le Japon toujours hanté par le feu nucléaire

«Little Boy», petit garçon, ainsi les Américains avaient-ils appelé la bombe qu’ils ont larguée le 6 août 1945 au-dessus du Japon déclenchant l’apocalypse à Hiroshima, et trois jours plus tard, à Nagasaki. Soixante-dix ans après, à 8h15 précises, heure où la première bombe atomique au monde a explosé, les cloches ont sonné au Mémorial de la Paix d’Hiroshima pour les cérémonies de commémoration.



Quand la bombe atomique larguée par le bombardier B-29 Enola Gay volant à haute altitude explose à 600 mètres du sol au-dessus d’Hiroshima, ses 300 000 habitants sont percutés par l’équivalent de 16 kilotonnes de TNT. La boule de feu déclenchée par la bombe nucléaireLittle Boy dégage 1 million de degrés Celsius. Au sol, la température atteint les 4 000 degrés, de quoi faire fondre l’acier.

Mal effroyable

Pour ce qui est des hommes, femmes et enfants, 75 000 périrent au moment même de l’impact et 50 000 autres sont morts dans les mois qui ont suivi. Soixante- dix ans après ce jour d’apocalypse, les survivants sont toujours hantés par ces corps carbonisés, vitrifiés, ces visages boursouflés, ces lambeaux de peau qui se détachaient des membres… Et puis cette douleur indicible dont les ondes frappent encore ceux qui ont vécu cette terreur.

L’irradiation très élevée allait emporter ensuite nombre de survivants. Le peu de médecins et d’infirmières qui avaient échappé à l’enfer allait constater rapidement les ravages que provoquaient les radiations sur l’organisme. Une nouvelle maladie qui fait tomber les cheveux, les dents, saigner les gencives, éclater les vaisseaux. Les infections se succèdent, ne guérissent pas, des désordres sanguins surviennent qui souvent conduisent à la mort. Les hommes deviennent stériles, les femmes enceintes avortent ou donnent naissance à des bébés difformes…


rfi.fr

Jeudi 6 Août 2015 - 14:24



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter