Hommage à Mandela pour Baaba Maal



Hommage à Mandela pour Baaba Maal

« Et il y a là-dedans la volonté, qui ne meurt pas. Qui donc connaît les mystères de la volonté, ainsi que sa vigueur ! Car Dieu n’est qu’une grande volonté pénétrant toutes choses par l’intensité qui lui est propre. L’homme ne cède aux anges et ne se rend entièrement à la mort que par l’infirmité de sa pauvre volonté. » Joseph Glanvill.


Cher Baaba Maal, l’Humanité toute entière vient de perdre un grand homme qui, de son vivant, a su faire preuve de pardon, d’amour, d’humanité et de rassemblement. Un humaniste qui depuis toujours s’est battu de toutes ces forces contre l’injustice sous toutes ses formes, la ségrégation et l’exploitation de l’homme.  Nelson  Mandela n’est plus. Toute une Nation pleure. Tout un continent est endeuillé laissant tous les hommes de ce monde tristes et orphelins. Oui,  Madiba s’en est allé. Oui, j’aurai aimé présenté mes condoléances à sa famille, ses enfants et petits-fils  mais c’est à vous, cher Baaba Maal, que j’adresse mes condoléances les plus sincères pour la perte de cet humaniste au grand cœur.


Vous, pour qui il a été un ami, un père sinon un mentor. Etant un amoureux des anecdotes humanistes ou encore celles où l’homme révèle  toute sa grandeur et ses valeurs morales pour l’amour de son prochain, j’ai eu l’honneur d’apprendre que Nelson Mandela, au-delà de son charisme désarmant, de son humilité, n’était pas simplement une icône politique pour vous,  mais plus que l’on ne peut imaginer.  Et pourtant, jamais vous en avez fait de la récupération ou utiliser cela pour de basses fins propres à la cupidité de certains hommes.


Plus que fidèle à ses idées, vous avez, depuis lors, été loyale à une des valeurs tant aimée par Madiba puisque vous avez toujours protégé  et vécu en parfaite harmonie avec ce précieux conseil qu’il vous a si souvent légué ; celui d’être attaché à son terroir et de s’investir toujours d’avantage pour le bien et la noblesse du cœur. Bien au contraire, il a su vous insuffler  cette philosophie et cet amour de l’autre, mais surtout cet ardant désir de partage, de rêve, de communion, et ce, quelles que soient nos origines, notre couleur de peau, pour préserver l’amour et l’innocence de l’Humanité.


Il en est de ces hommes qui marquent à tout jamais le cœur des êtres humains par la simplicité, le message d’amour, le don de soi et la bonté de leur âme ; et Mandela  fut l’un d’eux, sinon le dernier. (…). Hélas, Madiba s’en est allé. Pour toujours. Mais son héritage demeurera à jamais dans l’esprit et le cœur de ces hommes qui  sauront préserver la beauté de ses idées, qui sauront dire non à la haine et à la servitude. Un héritage que toutes les jeunesses du monde devront s’approprier et  pour lequel  tous les dirigeants politiques ne devraient protéger qu’aux bout des lèvres, mais plutôt par des actes concrets.


Cupidité, hypocrisie sont des maux de ce millénaire, car suffit-il simplement de rendre un vibrant hommage à telle ou telle âme pour ensuite sombrer dans l’oubli et le confort fade et illusoire de ce monde ?  Tandis que d’innocentes âmes meurent chaque jour  en Afrique et partout dans le monde  à cause de l’injustice et du silence approbateur de ceux qui ont le pouvoir de changer les choses.


Nelson Mandela, lui, a mené tous les combats qu’il a pu et sur tous les fronts. Des combats contre la haine, des combats pour l’égalité des chances pour tous, des combats pour la justice pour tous, des combats pour l’Amour. Et maintenant, il repose en paix, sur cette terre tant chérie et pour qui il a tant donné jusqu’à son dernier souffle. Mandela a été et sera à tout jamais une leçon d’humilité et un exemple de noblesse. ‘’Free at last’’ ! Oui, il l’est et l’a bien mérité ; mais le combat n’est pas, pour autant, terminé. Merci Madiba. Repose en paix !

En ce qui vous concerne cher Baaba Maal, j’aurai tant voulu m’exprimer en cette belle langue qu’est le Halpoulaar ; ma langue maternelle, pour vous exprimer mes condoléances les plus sincères pour la perte de ce grand homme qui est Nelson Mandela, un ami, un père et un mentor pour vous. Hélas, le milieu étant déterminant pour l’individu, je ne puis que m’exprimer qu’en français, une langue avec laquelle j’ai grandi et j’espère qu’elle aura été fidèle à mes sentiments.
Veuillez accepter, cher Baaba Maal, mes salutations les plus sincères.

Ousseynou BA

Lundi 23 Décembre 2013 - 13:00



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter