Homo naledi: une espèce proche de l'Homme qui enterrait ses morts

Il s'appelle Homo Naledi et provient d'une toute nouvelle espèce du genre humain découverte en Afrique du Sud. Ses ossements ont été découverts à une soixantaine de kilomètres de Johannesburg, dans un lieu nommé « le berceau de l'humanité ». Présenté à la presse ce jeudi 10 septembre, il mesure environ 1m50, pèse 45 kg et n'appartient à aucune espèce connue.



Ni Homo sapiens, ni homo erectus, ni australopithèque. Cette nouvelle espèce  n'appartient à aucune des espèces connues et laisse perplexe. Il possède des caractéristiques primitives : un petit cerveau — trois fois plus petit que le nôtre — et en même temps des traits très proches des Homo sapiens, nos ancêtres directs, comme ses pieds par exemple.

Cette découverte va certainement permettre d'en apprendre davantage sur cette transition il y a deux millions d'années entre l'espèce primitive et les Homo. Ces fossiles, dont plus de 1 500 ossements ont été attribués à une quinzaine d'individus de tous âges, ont été découverts dans une cave quasi inaccessible, ce qui, pour Lee Berger,  laisse supposer que l'Homo naledi inhumait ses morts.

« Nous avons trouvé une nouvelle espèce qui a délibérément enterré ses morts dans cette cave, ici au berceau de l'humanité, affirme ce paléontologue qui a mené l'exploration. L'impact de cela est significatif. Jusqu'à ce jour, nous avons toujours pensé que ce comportement, qui consiste a effectuer un rituel — comme par exemple enterrer les morts — était unique aux homo sapiens. »

« Un comportement très compliqué »

 

Pour peter Schmid, paléontologue et membre de l'équipe d'exploration, cette découverte montre que l'arbre généalogique de l'homme est beaucoup plus complexe qu'on ne l'imaginait.

« S'ils [les Homo naledi] avaient vraiment l'intention de jeter [les corps] dans [le trou], ils ont dû communiquer entre eux. Avec un cerveau petit comme ça, c'est quand même étonnant. On a une population là-dedans ! On a quinze individus ! On a des bébés, des jeunes, des adultes, des vieux... Quand on a nettoyé le sédiment, on a même trouvé des pics dedans. » Pour le chercheur, cette communication présumée montre « un comportement très compliqué, peut-être humain. Mais ce ne sont pas des humains. C'est quelque chose d'autre. »

La chambre où a été trouvé l'Homo naledi n'a d'ailleurs pas encore révélé tous ses secrets. D'après le professeur Berger, il pourrait y avoir encore des centaines, voire des milliers de fossiles à exhumer.


Rfi

Vendredi 11 Septembre 2015 - 09:22



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter