Hôpital régional de Saint-Louis: le Directeur, Dr Ousmane Gueye répond au SUTSAS



C’est à travers un rapport que la Direction de l’hôpital de Saint-Louis apporte la réplique à Abdou Ndongo du SUTSAS (Syndicat Unique des Travailleurs de la Santé et de l’Action Sociale). Pointant du doigt accusateur le directeur de la structure hospitalière, le syndicaliste parle de «l’augmentation dès l’installation» de ce dernier «de sa prime de responsabilité, fixée au départ à 300.000 F CFA et qui est passée, aujourd’hui, à 600. 000 F C FA».
 
«Nous avons observé que le Directeur général de l’hôpital de Saint-Louis, on a comme l’impression qu’il est venu se remplir les poches... Il y a des politiques de traitement qui devraient profiter aux populations mais nous constatons que la gratuité n’est pas appliquée à cent pour cent. Hors, l’Etat a fait son devoir», peste Abdoul Ndongo.
 
La Direction a ainsi envoyé à Pressafrik.com, son rapport sur l’acquisition de véhicules et l’harmonisation des tarifs demandé et fait pour le ministre de la Santé et de l’Action sociale, Eva Marie Coll Seck.
 
«Les données contenues dans les documents de passation de service intervenue le 25 Avril 2015 révèlent à suffisance les difficultés de tous ordres auxquelles l’hôpital de Saint-Louis est confronté. Il s’agit notamment du caractère endémique de sa tension de trésorerie  qui a fini de démotiver le personnel et de décourager les fournisseurs. A cela s’ajoute l’inexistence d’un parc automobile et la vétusté du matériel médical le tout dans un contexte d’instabilité du climat social. Cette dégradation de l’ensemble des indicateurs financiers a installé l’hôpital dans une situation de violence ambiante qui n’a pas épargné la subvention d’investissement, qui a servi à acheter la paix sociale par  le paiement des motivations et primes au détriment des investissements inscrits dans le plan d’action », campe le document.
 
Dr Dr Ousmane Gueye  d’y expliquer à la tutelle qu’«à la suite d’un plan d’action validé par le CA, le Ministère de la Santé et de l’Action sociale a bien voulu retenir l’hôpital de ST- LOUIS parmi les établissements éligibles au financement du CPOM. C’est ainsi que sur trois ans, une enveloppe de plus de 600 000 000 F a été versée à l’hôpital qui, compte tenu des contingences inhérentes à l’altération du climat social n’a pu convenablement mettre en œuvre les activités inscrites dans le plan d’action qui, déjà, prévoyait l’acquisition de quatre véhicules».
«Le faible niveau d’exécution des investissements créatrice de ressources nécessaires au fonctionnement de la structure  a certainement motivé la reconduction du financement sur l’exercice  2015 pour un montant de 844 725 265 F CFA. Ce financement a fait l’objet d’un avenant au plan d’action initial qui a enregistré la participation des organes que sont la CME ; le CTE ; les partenaires sociaux et le Conseil d’Administration », détaille-t-il.
 
Ce, tout en indiquant que «l’acquisition des deux véhicules qui a libéré celui du Directeur qu’il a mis à la disposition de l’hôpital pendant six (6) mois, entre dans le cadre de l’exécution des activités inscrites dans le plan d’action qui comptabilise en outre les réalisations suivantes: l’acquisition de mobilier de bureau,  l’informatisation intégrale de l’hôpital, le lancement du marché équipement médical de 504 000 000 F avec la collaboration de la DIEM, la réhabilitation du bâtiment et des installations à  209 000 000 F sous la supervision de l’ARD de ST LOUIS».
 
Des «efforts déployés dans le cadre de l’investissement doivent être concomitants à l’urgence de trouver des solutions aux difficultés de trésoreries de la structure en bonne intelligence avec la commission médicale d’établissement (CME), le CTE et les organisations syndicales .Les réflexions menées par les différents acteurs ont abouti à l’identification de pratiques appauvrissantes à corriger dont notamment l’harmonisation des tarifs », sert la Direction de l’hôpital de Saint-Louis.
 
Dr Ousmane Gueye de préciser qu’ «à notre arrivée nous avons constaté une disparité au niveau des tarifs appliqués sur les prestations des spécialistes. Pour exemple la consultation en urologie, en drépanocytose et en gastro –entérologie, était de 5 000 F, au moment ou celle de la cardiologie et de  la chirurgie générale était de 3500 F CFA.  Et dit-il: «La correction a consisté à ramener toutes les consultations de spécialistes à 5000F mais également  à satisfaire la préoccupation  de la CME  relative à la faiblesse des tarifs pratiqués pour les actes. C’est ainsi qu’une étude comparative des actes entre les hôpitaux de  Saint LOUIS, LOUGA, KOLDA, THIES et ROI ROI BAUDOUIN a motivé la nécessité  d’harmoniser les prix appliqués».
 
Précisant «cependant que cette opération n’a en rien entamé la durée de validité du ticket  qui est toujours de un mois (30 jours),  les frais d’hospitalisation  restés en l’état de même  que l’échographie et le scanner », le Directeur signale qu’«en outre que c’est à notre arrivée que la césarienne est rendue gratuite avec un kit de médicaments d’une valeur de 37. 000 F mise à la disposition de toutes les femmes césarisées. L’évacuation sanitaire est totalement prise en charge par la structure donc gratuite à la différence du transfert qui est de la volonté du patient. En somme toutes les initiatives de gratuité sont exécutées conformément aux directives des autorités du MSAS».
 
«La prime du Directeur a fait l’objet d’un ajustement de 310 000f à 600 000 F soit une variation de 290 000 F représentant l’indemnité de responsabilité accordée par le Conseil d4administration. Ces actes de gestion ont  fait l’objet d’une session extraordinaire du conseil d’administration au mois de juillet 2015. Ils ont été approuvés à l’unanimité des voix », note le rapport. 


Mardi 29 Mars 2016 - 10:54



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter