Houle dangereuse : des maisons et le cimetière de Thiawléne envahis par les eaux, l’ANACIM confirme l’alerte rouge



 Alerte rouge : « Vent et houle dangereuse », sonnait l’avis météorologique de l'Aviation Civile et de la Météorologie (ANACIM) qui indiquait pas plus tard qu’hier vendredi qui prévenait contre un «vent frais et houle dangereuse », en début de soirée et jusqu'au samedi à 18 heures sur la Grande Côte, Dakar et Mbour. Un « vent assez fort de secteur Nord pouvant atteindre 40 km/h sur la Grande Côte, houle dangereuse de secteur Sud-ouest pouvant atteindre ou dépasser 2,5 mètres sur Dakar et Petite Côte ». La vigilance devait donc être de mise selon l’agence qui faisait par ailleurs part de « phénomènes dangereux d'intensité exceptionnelle prévus. Tenez-vous régulièrement au courant de l'évolution de la situation et respectez impérativement les consignes de sécurité émises par les pouvoirs publics».


Ce ne sont pas les populations de Thaiwléne, Rufisque et Bargny qui diront le contraire. Elles qui ont passé toute la nuit debout pour limiter les dégâts. En effet, ce sont des vagues qui dépassent la digue de protection qui ont atteint Thiawlène où la route et les maisons d’à côté sont toutes remplies d’eau. Le cimetière n’est pas en reste. A Bargny, selon le correspondant de la Rfm, ce sont pas moins d’une une vingtaine de pirogues qui sont détruites par la furie des eaux. Les propriétaires qui disent avoir perdu entre 17 à 18 millions de F CFA, le coût d’une pirogue, ne savent plus à quel Saint se vouer. Mais du côté de l’ANACIM, l’alerte rouge est plus que jamais de mise. Ce, jusqu’à demain dimanche.


L’ingénieur prévisionniste, Pape Ngor Ndiaye qui en parle, explique qu’il s’agit en effet des conséquences de l’avis lancé hier. Ce sont des centres dépressionnaires qui sont souvent synonymes de perturbations. Ils sont logés au niveau de l’Atlantique tropicale…Ce sont ces perturbations avec un mouvement ondulatoire qui ont influencé les côtes guinéennes et sénégalaises. On a vu très rapidement au Sénégal, une houle qui dépasse le seuil d’alerte qui est fixé à 2,5 mètres…La perturbation est en cours actuellement, cela pourrait persister jusqu’à cette nuit. C’est au dimanche matin (demain) qu’on aura une situation qui se calmera progressivement au courant de la journée, selon ce dernier qui déconseille d’aller en mer parce que, menace-t-il, « on a une mer plutôt agitée sur toute la côte sénégalaise, mieux vaut s’abstenir ».


Samedi 31 Mai 2014 - 15:12



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter