Houle dangereuse : l’île de Goré encore attaqué



L'île de Gorée encore attaqué par la houle. Cette fois-ci les vagues se sont attaquées au mur de la mosquée de l'île qui a finalement cédé, sans compter les dégâts causés au lycée Mariama Bâ. Comme un malheur n'arrive pas seul, l'unique câble qui alimente la commune en électricité est même coupé. Selon le maire Augustin Senghor, la commune a toujours alerté les autorités. « Depuis 12 ans, à chaque fois qu'il y a eu des avancés du côté de la mer, nous avons fait des lettres pour alerter les différents autorités.

ministres de l'environnement qui se sont succédés et même jusqu'au plus haut sommet. Dernièrement, le Président Macky Sall nous a même envoyé son architecte conseillé. C'est la première qu'on a une réaction. Mais malheureusement les choses se sont accélérées et ça devient urgent. Tout le mur du lycée Mariama  est en train de tomber. Du côté de la résidence du proviseur aussi, il n'y a plus de protections...».

Selon le ministre de l'environnement, l'Etat est en train de négocier avec les bailleurs pour venir à bout du phénomène. Mor Ngom dans les ondes de la Radio Future Média (RFM), a évoqué que : « Le gouvernement a déjà pris des dispositions. Vous savez ce sont les incidents qui arrivent et qui sont imprévisible. Mais là où je suis à Kankoune, je suis venu pour négocier des financements allant dans ce sens. Je suis venu assister à l'assemblée générale du fonds mondiale de l'environnement. Et c'est des questions des régions cotières, de dégradation de sol pour ne citer que ses questions qui sont à l'ordre du jour. Je suis en train de discuter pour ses financements. Vous savez que nous avons déjà réalisé à Thaiwlène les 730 m de digue et qu'on souhaiterait en rajouter.

Nous sommes en négociation très avancée avec l'UEMOA. La manière la plus consciente et la plus urgente aussi nous allons pouvoir prendre des dispositions. C'est la première fois que nous vivons cela à Gorée. Mais nous allons aussi prendre des dispositions pour agir le plus rapidement possible. Ce que nous pouvons dire à ces populations, c'est que nous tous, nous compatissons avec eux. Ce que nous pouvons dire tous devons comprendre aujourd'hui que face ces changements climatiques, nous devons avoir une compréhension que l'érosion côtière va de plus en plus avancer. Il est de notre responsabilité nous gouvernant de poser des actes allant dans le sens de sensibilisation de l'éducation, mais surtout du côté du partage de l'information », a déclaré Mor Ngom ministre de l'environnement.

Il faut dire que l, pas plus tard qu'hier. En début de soirée du vendredi et jusqu'au samedi à 18 heures sur la Grande Côte, Dakar et Mbour vent et houle dangereuse était indiqué par  l'Agence de la météorologique de l'Aviation Civile et de la Météorologie (ANACIM). Un « vent assez fort de secteur Nord pouvant atteindre 40 km/h sur la Grande Côte, houle dangereuse de secteur Sud-ouest pouvant atteindre ou dépasser 2,5 mètres sur Dakar et Petite Côte ».



Dimanche 1 Juin 2014 - 13:04



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter