Houleux échanges en vue à l’Assemblée nationale: le contesté code électoral examiné ce lundi



La représentation nationale risque de renouer aujourd’hui avec l’ambiance des grands jours. En effet, chaud lundi en perspective à l’hémicycle où le fumeux code électoral issu de l’acte III de la décentralisation, la réforme du régime Sall, passe ce lundi. Un code fortement contesté par les non alignés et certains membres de l’opposition qui n’excluent pas de saisir la Communauté Economique Des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) pour faire reculer le successeur de Me Abdoulaye Wade. A la tête de l’Initiative pour la Préservation des Acquis Démocratiques (IPAD) qui dénonce l’inconstitutionnalité du décret de Macky Sall, le vice-président du Jëf Jël, Ndiaga Sylla ne manque pas d’appeler Moustapha Diakhaté, président du groupe parlementaire de la majorité, Benno Bokk Yaakaar (BBY) et Cie à leurs responsabilités de représentants du peuple

La députée socialiste, Aminata Diallo qui donne un avant-goût des discussions à l'Assemblée nationale ce lundi, ne passe pas de dénoncer: "C'est un code purement politicien. Cette loi, on ne la votera pas, députés de la majorité comme de l'opposition". Ce, en marge d'une conférence initiée par le mouvement citoyen "Dak'ar 2014" sur l'acte III de la décentralisation, dit le journal "le populaire", colonnes sur lesquelles, la membre du Parti Socialiste menace qu'ils vont attaquer la loi devant la justice. Car, dit-elle, "c'est un code taillé sur mesure pour permettre à Macky Sall d'aller vers 2017 librement". 


Lundi 7 Avril 2014 - 12:15



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter