Ibrahimovic une énigme marquante

Un Zlatan absent mais buteur, un Lavezzi qui ne soigne pas les finitions, un Mandanda inquiétant et un Valbuena toujours aussi remuant. Voila ce que David Beckham a pu voir depuis son banc de touche pendant 75 minutes. Sinon, l'Anglais a toujours un pied droit.



Ibrahimovic une énigme marquante
Sirigu (8) : Un daron. Un bonhomme dans un habit de fraise Tagada. Après son match en mousse de Sochaux, le plus francophone des joueurs du Paris SG a sorti un match de dingue. Des parades à gogo, des relances propres, une assurance tous risques. Quand le portier est à ce niveau, il ne peut pas arriver grand-chose à la défense francilienne. Il disait quoi, déjà, le président de Palerme quand il se vantait d'avoir escroquer les Parisiens avec Sirigu ?

Jallet (5,5) : Christophe Jallet était capitaine du PSG. Rien que pour ça, il mérite un +1. Pour le reste, pas terrible dans le placement défensif et encore moins intéressant dans l'autre surface. Depuis qu'il n'est plus dans les petits papiers de Didier Deschamps, Jallet ne fait plus rêver personne. Encore vainqueur du prix orange pour son intervention pleine de bon sens à la pause. Bac+2, viens le chercher.

Alex (4,5) : Oui, Alex frôle le quintal. Et ça se sent. Avec Gignac sur le dos, chacun avait de quoi grignoter. Moins serein dans les airs qu'à son habitude, le Brésilien n'a pas franchement rassuré sa défense. Le maillon faible défensif du côté de la capitale. Et vire-nous ces bourrelets dans le cou, ça ne colle pas avec la "marque" prônée par Jean-Claude Blanc.

Armand (7) : Pour son 400e match avec le PSG, Sylvain a été grand. Relances faciles, toujours en avance sur son adversaire et énorme dans les duels. Du vrai bon Armand. Un mec qui est arrivé au club en même temps que Fabrice Pancrate et Jean-Hughes Ateba. Respect.

Maxwell (5) : Pas vu. Pas pris. Merci. Au revoir. Monsieur "5" a été comme d'habitude. Sans folie. Sans fioriture. Sans génie.

Verratti (6) : Une première demi-heure de porc. Marco était partout : à la récupération, à la relance et entre les lignes. Puis, Mathieu Valbuena s'est mis à jouer et l'Italien n'a plus vu le jour. Il a passé son match à courir dans le vide, pressant comme il pouvait. Et sans faire de faute. Ce qui est presque un exploit. On a retrouvé le petit gros du début de saison.

Matuidi (5) : Ça, pour courir, il court le Blaise. Par contre, il court dans le vide. Moins impressionnant au pressing et à la récupération de la gonfle, le gaucher n'était pas dans un grand soir. On l'a senti un poil crevé. Normal, il jouait son 657e match de l'année.

Pastore (5,5) : Il y a du génie dans Javier. On le sait. Sur deux-trois ouvertures, l'Argentin a envoyé du rêve. Ce mec pue le football. Cela étant dit, il a manqué d'implication pour réellement peser sur le jeu. Dommage. Peu importe, on lui pardonne tout. Lui, il a le droit.

Lucas Moura (7) : Des jambes de feu, des dribbles de chien de la casse et une réussite maximum sur l'ouverture du score. Pour un mec qui n'avait jamais joué sous la neige, il a pété les rotules de Morel pendant 30 minutes. Même s'il a été beaucoup plus discret après la pause, le Brésilien s'installe tranquillement dans l'équipe parisienne. Flash, putain.

Lavezzi (8) : Monsieur Lavezzi, vous êtes un cochon. Appels, contre-appels, prises de risque balle au pied, l'ancien du Napoli a été énorme dans l'investissement offensif. Pas forcément récompensé pour son match - quelle praline sur le poteau en tout début de match -, Ezequiel est en train de mettre tout le monde d'accord : le patron offensif, c'est lui.

Ibrahimovic (4) : Encore un match dégueulasse pour Ibrahimovic qui n'aura joué que 30 secondes. 29 au début pour délivrer un café-crème pour Lavezzi. Une au final pour placer son genou sur le second but parisien. Entre les deux, le néant. Ou presque. Visiblement moins bien physiquement, le Suédois est une énigme. Mais une énigme qui marque (4 buts en 2013). C'est toujours mieux que Carlos Bueno.

Chantôme (6) : Le guide de David Beckham a bien géré sa soudaine notoriété. Il devait protéger l'Anglais des interventions intempestives sur le banc de touche. Il a bien géré Paganelli. Malheureusement, il n'a pas vu Olivier Tallaron, parti dans son dos...

Beckham (sept paquets de kleenex) : Hey Jude en fond sonore, Ronaldo au coup d'envoi, Ariel machin chose aux platines, Posh dans les tribunes, Nicolas Sarkozy en guest, Samuel Eto'o de passage, décidément, les débuts de l'Anglais en Ligue 1 étaient attendus. Il décale Menez sur le dernier but mais son trop faible temps de jeu ne permet pas de savoir où en est le caleçon H&M humain.

Menez (6) : Il entre, fait une passe décisive et ne fait pas la gueule. C'est ça, mon pote.

u[Marseille:]u


Mandanda (3) : Aussi improbable que le lobby gay du Vatican, le placement du capitaine marseillais sur le premier but parisien. Confirmation, l’ancien Havrais n’est pas dans son assiette en ce moment.

Morel (5) : Le Yoann Huget de l’OM. Moins à la ramasse que prévu, mais pas fantastique non plus. Mais comme il paraît qu’on n'a rien trouvé de mieux que ces deux-là…

Mendes (4) : Le regard toujours un peu triste, le corps parfois un peu lent, le Brésilien dépanne et permet à Diawara de rester à son meilleur poste : le micro de Paga.

Nkoulou (2 en première mi-temps) : Merde, on a perdu le fameux meilleur défenseur de Ligue 1.

Nkoulou (8 en seconde mi-temps) : Cool, on a peut-être retrouvé le meilleur défenseur de Ligue 1. Derrière Thiago Silva, faut déconner non plus.

Fanni (6) : Pas de but cette fois, mais une belle reprise détournée par Sirigu. Le meilleur Marseillais du moment.

Romao (5,5) : Il y a trois ans, il faisait la paire avec Nicolas Dieuze à Grenoble. Il ne faut trop lui en demander, donc. Mais il fait plutôt bien oublier le fantôme de Benoît Cheyrou.

Barton (5) : Pour une fois, il a récupéré quelques ballons mais sans vraiment bien les exploiter. On a guetté – en vain – la petite semelle de bienvenue sur Beckham. Trop de caméras sans doute.

Kadir (6) : Bon week-end pour Foued. Il a évité le VA-Toulouse de samedi et a encore marqué des points auprès d’Elie Baup. Amalfitano Morgan n’est peut-être plus qu’un mauvais souvenir.

Valbuena (7) : «Je ne suis pas là pour faire rire la France», disait-il avant le match en référence à l’épisode du fou rire du CFC. On confirme, Mathieu tu ne fais rire personne. Pourtant, ce n’est pas l’envie qui manque. Mais pas ce soir.

A.Ayew (6) : Pas mal le coup du genou tordu pour éviter le carton. Pas mal le match. On dirait que l’absence de son frère lui fait du bien. A nous aussi.

Gignac (5) : Il a manqué de marquer le but de la saison sur ce ciseau détourné par Sirigu. En même temps, il frappe le ballon du tibia.

Sougou (non noté) : On aurait aimé juger sa prestation sur le banc, mais Canal n’avait pas jugé bon de placer une caméra sur lui.


Lundi 25 Février 2013 - 11:44



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter