Idy et les 77 milliards : un mensonge qui dure, est une vérité, (APR Grand-Yoff)



Le premier ministre Idrissa SECK confond mensonge et vérité. Cet homme politique qui atteint son apogée en 2004 et sa décadence la même année, pour des accusations de détournement et d’enrichissement illicite à hauteur de 77 milliards, n’a depuis lors utilisé que la parole pour se défendre. Depuis lors et malgré le non-lieu prononcé par WADE d’abord et puis par la justice à travers un feuilleton judiciaire qui avait totalement écorné l’image de notre justice, la culpabilité d’Idrissa SECK demeure dans la conscience populaire. Pourquoi ce fait persiste M. Seck ? Mieux, tous les citoyens sénégalais informés ou non savaient que le différend entre WADE (LUI) et Idy (MOI) portait sur des milliards et le détail de la négociation était contenu dans le protocole de Reubeus où une partie devait financer la présidentielle de 2007 et le reste celle de 2012. Voilà comment on pourrait comprendre ce qui paraissait invraisemblable, les aller et retour incessants d’Idrissa SECK auprès de WADE.
 
L’épée de Damoclès que WADE suspendait au-dessus de la tête d’Idy, empêchait à ce dernier de jouir de sa toute sa liberté politique de l’époque. S’il avait accepté de jouer le jeu de yoyo avec WADE au risque de compromettre  sa carrière politique, c’est bien évidemment parce qu’Idy avait volé l’argent public et que WADE le savait ! Il a été blanchi par WADE ! Il a été blanchi par la justice ! Mais jamais il n’a été blanchi par le peuple sénégalais ! Ce qui subsiste en dehors du deal, en dehors de WADE, en dehors de la justice, ce qui le suit et le poursuit depuis 2004 c'est-à-dire ce vol de l’argent des sénégalais qui habite dans les consciences et qui hante depuis lors, la confiance et la crédibilité que les citoyens devaient lui accorder, voilà ce que Idrissa SECK appelle un mensonge hier, un mensonge aujourd’hui et un mensonge demain.
 
Mais, il s’agit plutôt d’une vérité hier, d’une vérité aujourd’hui et d’une vérité demain puisque qu’un mensonge ne peut pas faire tout ce temps et surtout que depuis 2004, Idrissa SECK est entre les avions, n’a jamais fait le mois au Sénégal,  reçoit et séjourne dans les étoiles, participe à des élections présidentielles, législatives et locales. Il est évident que ses revenus de ministre et de premier ministre de courte durée ne lui permettraient jamais un tel train de vie de 2004 à nos jours.
 
La vérité est que l’argent des sénégalais, acquis à la sueur d’un front qui s’est courbé et recourbé sous le poids de dur labeur, est un bien consommable sans danger mais un véritable poison s’il est acquis de manière illicite ; Voilà ce qui suit et poursuit Idrissa SECK et ce n’est point un mensonge mais une vérité. Quand il a versé un torrent de larmes amères dans une télévision de la place, le détecteur de mensonge a vite signalé en rouge des anomalies, signe d’hypocrisie ! On croyait qu’il allait lâcher le morceau et dire la vérité une bonne fois pour toute et demander pardon aux sénégalais pour retrouver l’harmonie avec lui-même. Rien n’y fait.

Idrissa SECK vit le mal, ce vol de l’argent des sénégalais hante son sommeil, il souffre en silence dans la solitude et il refuse de se confesser. Sa récente visite au chef de l’église catholique sénégalaise, dans le temple de la Sainte Marie ne lui a pas permis de retrouver la sagesse. Dis la vérité pour une fois au peuple ! Avoue le péché Idy devant la CREI du peuple et tu seras pardonné! Prions le Seigneur, béni soit Idrissa SECK !

CHEIKH NDIAYE
PORTE PAROLE APR/GRAND YOFF


Lundi 18 Janvier 2016 - 12:47



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter