"Il y a beaucoup de responsables connus qui seront avec moi", Souleymane Ndéné Ndiaye

Me Souleymane Ndéné Ndiaye compte se présenter à la prochaine élection présidentielle. Il a annoncé sa décision de créer un parti politique pour briguer le pouvoir aux prochaines joutes électorales. Qualifiant le choix de Karim Wade candidat du Pds en 2017, comme une dévolution monarchique du pouvoir, le dernier Premier ministre du régime libéral annonce qu’il bénéficie du soutien de beaucoup de responsables libéraux dans son projet. Souleymane Ndéné Ndiaye revient, par ailleurs, sur ses relations avec Me Wade, le rôle qu’il joue pour la libération de Karim Wade, etc.



L’ancien maire de Guinguinéo, Me Souleymane Ndéné Ndiaye a annoncé la création d’un parti politique pour aller à la conquête des suffrages des Sénégalais en 2017. «Je vais créer un parti politique avec d’autres frères et sœurs. Car, comme vous le savez, le Pds a fini de choisir son candidat. Je n’avais aucune autre alternative que de me présenter sous une autre bannière. Je ne peux pas me présenter comme une victime ». L’ancien premier ministre annonce qu’il bénéficie du soutien de beaucoup de responsables libéraux. « Il y’a beaucoup de responsables connus, membres du Comité directeur, qui seront avec moi ».

 

« Etant donné que le parti ne peut pas présenter deux candidats, j’ai préféré sortir pour mettre tout le monde à l’aise. Pour aussi avoir la possibilité de rechercher les suffrages des Sénégalais». Il avoue qu’il n’a pas échangé avec Wade sur la question, ni avec le comité directeur. Pour Ndéné Ndiaye dans "l'Observateur", Karim Wade a déjà maillé le Pds. « ce n’est pas un secret pour personne que Karim Wade a beaucoup de gens qui le soutiennent au sein du Pds. Parce que, pour être membre du Comité directeur, il faut être un « karimiste», il faut avoir clamé haut et fort : « Karim Président… » si tu le fais deux ou trois fois trois fois, le Président Wade te reconnaît et te copte dans le Comité directeur ».

 

 



Mardi 31 Mars 2015 - 11:46



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter