Ilhan Omar, une musulmane d’origine somalienne déjoue la rhétorique Trump en devenant députée dans le Minnesota

La démocrate Ilhan Omar, réfugiée aux Etats-Unis à 11 ans, fera son entrée le 3 janvier 2017 à la Chambre des représentants de son Etat.



Dans un Minnesota où l’intégration de nombreux réfugiés somaliens a constitué un enjeu électoral, une musulmane d’origine somalienne a remporté, mardi 8 novembre, un siège de parlementaire. Une première aux Etats-Unis.
 
Ancienne réfugiée, Ilhan Omar doit faire son entrée le 3 janvier 2017 à la Chambre des représentants de cet Etat situé à la frontière avec le Canada et devenu la terre d’accueil de nombreux réfugiés somaliens aux Etats-Unis. En effet, près d’un tiers de ceux installés sur le sol américain vit dans le Minnesota. Selon les derniers chiffres disponibles, ils étaient 25 000 en 2010.
La victoire de cette démocrate de 33 ans, qui porte le hidjab, intervient après la campagne électorale particulièrement virulente envers musulmans et réfugiés menée par le républicain Donald Trump, qui a remporté la présidentielle mardi.

« Même si son message était censé être pris comme une menace pour faire en sorte que nous n’allions pas voter, pour que nous ne nous considérions pas comme faisant partie du système américain, cela a eu l’effet contraire », a commenté la trentenaire, au sujet de M. Trump.
« Je pense que notre victoire est source d’inspiration pour beaucoup de jeunes, de gens de couleur, d’immigrés, tout le monde. Bien que le système n’ait pas été créé pour nous tous, nous pouvons tracer notre voie et nous pouvons nous assurer qu’il crée des opportunités pour des gens comme nous », a-t-elle estimé.
« Paroles d’amour » contre haine
 
Le républicain a perdu l’Etat du Minnesota lors du scrutin de mardi, la démocrate Hillary Clinton remportant 47 % des suffrages contre 45 % pour Donald Trump. Dans sa dernière semaine de campagne, il avait rendu la communauté somalienne responsable des vicissitudes de cet Etat. « Ici, dans le Minnesota, vous avez assisté en première ligne aux problèmes causés par la mauvaise gestion des réfugiés, avec un grand nombre de réfugiés somaliens arrivant dans votre Etat sans même que vous le sachiez », avait-il lancé dans un meeting près de Minneapolis. « Certains d’entre eux rejoignent l’EI [groupe islamiste Etat islamique] et répandent leurs opinions extrémistes à travers le pays et à travers le monde entier », avait-il poursuivi.

Certains jeunes hommes de cette communauté ont en effet rejoint à l’étranger les rangs de tels groupes, comme les Chabab en Somalie. Par ailleurs, un attentat perpétré dans le Minnesota avait choqué le pays : Dahir Adan, un Américain d’origine somalienne de 20 ans, avait attaqué en septembre plusieurs personnes dans un centre commercial de St. Cloud, blessant dix d’entre elles. La police fédérale (FBI) a précisé plus tard qu’il avait été « radicalisé ».
« Politique ethnique »
 
Au sujet de la victoire de Donald Trump, Ilhan Omar a reconnu que cela allait être « très difficile » : « Nous allons devoir trouver comment organiser la communauté pour se préparer à ce qui va arriver. Nous devons multiplier nos paroles d’amour face au discours de haine. »
Les convictions politiques de la démocrate vont au-delà du sort des réfugiés somaliens. Elle dirige aussi ses efforts vers d’autres groupes minoritaires, comme les immigrés venus d’autres pays d’Afrique de l’Est, ou encore les libéraux blancs ou les étudiants. Ses priorités sont le financement et l’accès à l’éducation, ainsi que la réforme de la justice pénale.

« Nous avons assisté à une transition très importante aux Etats-Unis avec l’arrivée dans le pays des Allemands, des catholiques irlandais, des juifs et de bien d’autres, a souligné Lawrence Jacobs, directeur du Centre pour l’étude de la politique et de la gouvernance à l’université du Minnesota. La politique est au début totalement ethnique, puis évolue dans la composition d’une coalition. » Qu’Ilhan Omar soit désormais en train d’évoluer de cette façon est « un développement très positif », relève-t-il.
Lire aussi :   « L’Afrique ne tiendra pas un rôle très important dans la politique étrangère de Trump »
Ilhan Omar est arrivée aux Etats-Unis à 11 ans avec sa famille après avoir passé quatre années dans des camps de réfugiés au Kenya.

Pour Memoona Ghan, 35 ans, sa victoire est un camouflet pour M. Trump et une inspiration pour les musulmans. « La voir là est assez exaltant, pas seulement pour nous, mais aussi pour la jeunesse. C’est une source de fierté pour tous les musulmans, pas uniquement pour la communauté somalienne, qu’Ilhan soit là, en gagnante », a confié cette habitante de Maple Grove, une bourgade au nord-ouest de Minneapolis.
 

Khadim FALL

Vendredi 11 Novembre 2016 - 10:35



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter