Inauguration de la centrale d’Oxygène Médical de l’hôpital Abass Ndao: Pas content, Khalifa Sall réclame des comptes

La mairie de la ville de Dakar a procédé ce jeudi à l'inauguration de la centrale d’Oxygène Médical de l’hôpital Abass Ndao. Ce projet, financé à hauteur de 450 millions de F Cfa par ladite mairie, devait assurer la distribution de l’oxygène dans les quatorze (14) centres de santé de Dakar. Mais après la visite des locaux de la centrale qui apparemment ne répondent pas aux attentes du maire, Khalifa Sall n'est pas du tout satisfait. Et il ne le cache pas. «On a un problème avec vous», prévient-il.



«La centrale d’oxygène médicale ne peut pas remplir des bouteilles pour d’autres services qui ne sont pas connectés à l’hôpital Abass Ndao. Cette centrale n'est pas une unité industrielle. Elle est dotée d'un système qui permet de remplir des bouteilles de B5 utilisées par les ambulances et des bouteilles pour les services connectées à l'hôpital». Ces explications des techniciens en charge de la nouvelle centrale, n'ont pas convaincu le maire de la ville de Dakar.

«On est tous malades parce qu’on s’est battu pendant deux (2) ans et demi pour ce projet. Dans les cahiers de charges, il était prévu que cette centrale servirait à l’hôpital Abass Ndao et aux 14 centres de santé de Dakar», fulmine Khalifa Sall.  

L'édile de la capitale n'est pas content du tout des résultats de la centrale d’oxygène médicale implantée à l’hôpital Abass Ndao. «L’achat d’oxygène asphyxie les quatorze (14) centres de santé. Et, c’est la raison pour laquelle, nous vous avions demandé que cette centrale serve de redistribution pour Abass Ndao et pour les autres», précise Khalifa Sall. 

L’approvisionnement en oxygène pour les hôpitaux reste coûteux. Et c’est pourquoi, «si cela était respecté», poursuit-il, «ça permettrait à cet hôpital d’amortir lui-même ses charges et de se faire un peu de ressources pour les autres centres qui achetaient cher ce produit».

«Vous connaissez la machine, étudiez-là et venez nous rendre compte», dit Khalifa Sall. 

L’édile de la ville de Dakar se veut clair : «Il faut que les techniciens revoient cela. On ne doit pas porter des bonbonnes de gaz à l’hôpital. Il faut qu’il y est un réseau unique et que tous les services soient connectés. En tout cas, je me suis engagé à faire cela en 2017… ». 

L’approvisionnement en oxygène coûteux et les ressources allouées souvent limitées, Carrefour médical a mis en place un dispositif de modernisation et de sécurisation de la production d’oxygène médical. 







 


Aminata Diouf

Jeudi 27 Octobre 2016 - 15:50



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter