Indésirables dans les écoles, les lutteurs se rebellent et saisissent l’autorité préfectorale



Indésirables dans les écoles, les lutteurs se rebellent et saisissent l’autorité préfectorale
La mesure du préfet de Dakar interdisant les lutteurs de s’entrainer dans les écoles n’est pas du goût de ces derniers. Par la voix du président de l’Association des lutteurs en activité, les principaux acteurs parlent d’un problème de communication qui se pose.
 
Boy Kairé pour qui, on fait un mauvais procès aux lutteurs, révèle dans les colonnes du journal « Le quotidien » qu’une correspondance a été adressée à l’autorité préfectorale pour la tenue d’une rencontre sur la question et sur les problématiques de la violence dans l’arène.
 
Après avoir fustigé le silence des lutteurs VIP sur cette interdiction, Kairé précise par ailleurs qu’ « aucun lutteur n’a jamais été accusé de vol ou de viol dans une école ».


Mercredi 21 Novembre 2012 - 11:09