Indice de perception de la corruption: le Sénégal gagne un point mais reste toujours dans la zone rouge

La corruption continue de gangréner le secteur de l’administration et des partis politiques. En dépit de la note de 44/100, et l’avancé d’un point gagné et la 8éme place sur 46 pays africain, le Sénégal reste toujours dans la zone rouge car notre pays ne parvient pas à atteindre la barre des 50/100 qui est la moyenne mondiale où notre pays occupe la 61éme place sur 168 pays. La précision est du Forum civil face à la presse, ce mercredi pour se prononcer sur les résultats de l’Indice de Perception de la Corruption (IPC) 2015, publiée aujourd’hui par Transparancy international. Le Forum civil tient à préciser que ce classement ne prend en compte l’affaire Lamine Diack.



Malgré les efforts du Sénégal pour éradiquer la corruption, avec l’avancée d’un point noté dans le classement de l’année 2015 avec une note de 44/100, contrairement à l’année passée, ou la note était de 43/100, la corruption continue de gangréner le secteur de l’administration et des formations politiques. De l’avis du Forum civil, le Sénégal a fait cette année une énorme progression d’un point, un  point qui vaut son pesant d’or, en matière de lutte contre la corruption.

Mais en dépit de cette avancée notée, par l’organisme de lutte contre la corruption, le Sénégal avec une note de 44/100, reste toute de même dans la zone rouge, parce qu’il n’arrive toujours pas à atteindre la barre de 50 sur 100, qui est la moyenne mondiale. Les camarades de Birahim Seck ont constaté que le Sénégal fait depuis trois -3) ans une lente progression. Le Forum civil tient tout de même à préciser que «la note obtenue par notre pays est plus importante que le classement en question, d’où la nécessité pour le Sénégal de travailler à sortir de la zone rouge c'est-à-dire dépasser la barre 50/100, cette note montre d'après le Forum civil que le Sénégal fait des évolutions timides depuis quatre ans pour sortir de la zone rouge surtout au niveau de l'administration et des partis politiques ».
 
 Selon le Forum civil, l’avancée dans le classement mondial mais aussi africain est due à deux (2) éléments, d’une part la volonté politique affichée par l’Etat du Sénégal du renforcement du dispositif de prévention et de lutte contre la corruption avec notamment la mise en place des institutions et de mécanismes de lutte contre la corruption dont le ministère de la promotion de Bonne Gouvernance, l’adoption de lois qui renforcent le dispositif juridique avec la loi 2012 portant code de transparence, loi portant déclaration de patrimoine, la création de l’OFNAC, s'agissant de l'Ofnac le Forum civil demande à l'Etat de renforcer ces pouvoirs et de leur conférer les prérogatives de police judiciaire,  mais aussi le travail effectué par les parlementaires qui convoquent à intervalle régulier le gouvernement pour l’interpeller sur la marche du pays.

D’autre part, l’organisme a souligné que les efforts timides constatés se justifient par la mise en œuvre de stratégies du Forum Civil entre l’année 2004-2010 et 2010-2015, avec la sensibilisation des populations sur le fléau de la corruption. Le Forum civil appelle donc l’Etat du Sénégal à poursuivre les efforts pour assainir le secteur de l’administration qui continue d’être la niche de corruption mais aussi les partis politiques, pour quitter la zone rouge. L’organisme a toute de même tenu a salué l’avancée lente du Sénégal qui a gagné une place par rapport au classement de l’année dernière.

A ce propos, le Forum civil a proposé qu’il est un plan concerté de sortie de la corruption, un plan 2016-2020 qui va prendra en charge l’ensemble des acteurs de la vie publique dans le sens de renforcer le dispositif juridique existant à travers de code de transparence dans la  gestion des finances publiques pris depuis 2012, et dont l’effectivité pose problème. Le Forum civil exhorte, en outre le gouvernement à faire audit exhaustif des réserves de l’Ipres et de la Caisse de Sécurité sociale, mais aussi leur patrimoine foncier de ces deux institutions de protection sociale.    

A rappeler que l’IPC est un indice composite, utilisé pour mesurer la perception de la corruption passive, celle des agents publics qui perçoivent des pots de vin dans le secteur public et la classe politique dans différents pays du monde. L’IPC a pour objectif de sensibiliser l’opinion publique sur l’état de la corruption et de susciter la volonté politique de lutter contre le phénomène. Ils visent aussi à stimuler la recherche scientifique. 

 

Khadim FALL

Mercredi 27 Janvier 2016 - 12:50



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter