Industries agroalimentaires : les intérêts des travailleurs «violés», selon Sidya Ndiaye.

Sidya Ndiaye exhorte l’Etat à discuter avec les travailleurs de l’agroalimentaire afin de changer les textes «obsolètes » qui régissent ce secteur. Selon lui, ces textes qui datent d’avant l’indépendance ne peuvent plus prendre en charge les préoccupations des travailleurs.



Industries agroalimentaires : les intérêts des travailleurs «violés», selon Sidya Ndiaye.
«Nous dénonçons la convention qui régit le secteur de l’agroindustriel qui date de 1957 », a déclaré Sidya Ndiaye, le Secrétaire général  Fédération générale des travailleurs du Sénégal (Fgts), qui était en tournée aux Grands domaines du Sénégal à Saint-Louis. Et cette dénonciation découle selon lui, du fait que ces textes sont obsolètes donc, ne peuvent plus prendre en compte les intérêts des travailleurs de ce secteur.

Poursuivant ses propos, M. Ndiaye annonce que ce combat que compte mener la Fgts est d’autant plus légitime, que : «l’économie a évolué et le droit a évolué et on continue d’appliquer aux gens des textes qui datent de l’époque coloniale». Ce qui, à ses yeux, constitue un paradoxe inexplicable.
 
Se défendant d’être contre les investisseurs, le syndicaliste soutient être dans son rôle de défenseur des travailleurs car : «les gens vont se sacrifier dans des conditions extrêmement difficiles avec beaucoup de risques et il n’y a pas de répondant au plan juridique. C’est un vide institutionnel que la Fgts dénonce ».

Et pour gagner cette bataille, le leader syndical compte user de tous les moyens légaux : «Nous allons porter ce combat et nous n’excluons pas de marcher dans la région de Saint-Louis pour qu’on puisse se mettre au tour d’une table et mettre à jour une nouvelle convention qui prend en compte les intérêts matériels et moraux des travailleurs». 

Ousmane Demba Kane

Dimanche 21 Février 2016 - 10:04



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter