Infrastructure: Un corridor Ouagadougou-Bamako-Dakar pour assurer une libre circulation des personnes et des biens

Pour une libre circulation des personnes et des biens, les Ministres chargés des Infrastructures et des Transports du Burkina Faso, de la République du Mali et de la République du Sénégal, réunis à Ouagadougou (Burkina Faso), les 11 et 12 janvier 2010, ont décidé de mettre en place un corridor Ouagadougou-Bamako-Dakar. Un comité de gestion de ce corridor va être ainsi crée.



Infrastructure: Un corridor Ouagadougou-Bamako-Dakar pour assurer une libre circulation des personnes et des biens
Très attachés aux principes fondateurs de solidarité, d’égalité, d’équité, de partenariat et de mise en commun de nos moyens pour améliorer le transport et assurer une parfaite mobilité des personnes et des biens entre nos Etats et notant avec fierté les efforts consentis par les Etats pour la réalisation d’Infrastructures destinées à faciliter les échanges entre Dakar, Bamako et Ouagadougou, les Ministres chargés des Infrastructures et des Transports du Burkina Faso, de la République du Mali et de la République du Sénégal, réunis à Ouagadougou (Burkina Faso), les 11 et 12 janvier 2010, ont décidé de mettre en place «un corridor Ouagadougou-Bamako-Dakar en intégrant nos infrastructures ferroviaires, routières et fluviales et en supprimant toutes les barrières administratives et réglementaires afin d’assurer une libre circulation des personnes et des biens le long de ce Corridor et de franchir une étape importante dans la réalisation du corridor Dakar – Djibouti».
A cet effet, il est décidé de la création d’un comité de gestion du corridor dénommé comité unique inter-états du projet de Corridor Ouagadougou–Bamako–Dakar. Il a pour mission la coordination, au niveau national et entre les trois pays, des activités de conception, de construction, de réhabilitation, de réalisation et de financement des infrastructures qui constituent les composantes de ce Corridor, la mise en œuvre et le suivi des actions de facilitation du transport et du transit routier et /ou ferroviaire le long du corridor. A ce titre, le comité est chargé de l’identification des entraves et freins à la libre circulation des personnes et des biens le long du Corridor, notamment celles relatives aux aspects réglementaires et administratifs et à l’insuffisance des infrastructures, la conduite de toutes les actions destinées à la mise en place du cadre légal, juridique, administratif et institutionnel en vue de la réalisation du projet, la mise à niveau et l’intégration des infrastructures existantes et à réaliser (ports maritimes, ports fluviaux, ports secs, chemins de fer, routes et gares routières).



Papa Mamadou Diéry Diallo

Mercredi 13 Janvier 2010 - 15:28



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter