Infrastructures de pêche à Mbao : le Président contente les riverains.

Le chef de l’Etat a procédé cet après-midi au lancement des travaux d’infrastructures de pêche moderne à Mbao. Cette occasion a été saisie par les autochtones, le maire en premier, pour soumettre des doléances au président de la Républiques. Doléances que ce dernier a accepté de prendre en charge.



Infrastructures de pêche à Mbao : le Président contente les riverains.
«J’ai entendu les doléances des femmes. Le ministre de la Pêche lui-même me les a rappelées. Et j’ai dit au Premier ministre qu’on devrait pouvoir dégager une ligne de crédit spécifiquement dédiée aux femmes transformatrices afin qu’après avoir disposé des aires de transformations, que vous puissiez disposer de crédit avec des taux supportables afin que vous pussiez acheter des poissons, les transformer pour ensuite les revendre », a-t-il fait savoir.

Avant d’ajouter : «En attendant, je dirai au ministre chargé de l’Entreprenariat, Moustapha Diop, de repasser pour commencer à donner des financements avec ce dont il dispose en ce moment».

Par rapport au gazon synthétique demandé par le maire, le chef de l’Etat a informé que ceci sera fait, puisqu’il a enjoint le Premier ministre de donner des directives au ministre du Sport pour que les travaux débutent dans les plus brefs délais.

Sur le déplacement des populations dues à l’avancée de la mer, le Président Sall a soutenu que ce n’était pas seulement l’apanage de Mbao : «Je viens de Bargny, et c’est le même problème qui se pose là-bas. C’est ce qui se passe aussi à Rufisque, à Saint-Louis, entre autres », déplore-t-il.

C’est dans ce sens qu’il a décidé de la mise sur pied par le Premier ministre, en compagnie du ministre des Finances, celui de l’Urbanisme ainsi que celui du Renouveau urbain afin de voir la gestion foncière au niveau du littoral, en collaboration avec les autorités locales.

 Mais le chef de l’Etat est convaincu de la nécessité de disposer d’une loi d’orientation sur l’utilisation du littoral car la mer est en train d’immerger les habitations. D’où la nécessité, selon lui, de trouver des sites de recasement pour les populations impactées par l’avancée de la mer.

Ousmane Demba Kane

Samedi 23 Juillet 2016 - 23:40



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter