Inhumation de Serigne Cheikh Maï Mbacke (1352-1434): Touba regrette un médecin des âmes

TEMOIGNAGE - Excusez, Mor Soxna et Abdou Khadre, que je rompe la connivence.
Permettez, pour la postérité, que je déroge, l'unique fois, à notre commune convenance... celle du Silence absolu et méditatif.
Ce tacite pacte qui a spontanément givré le Tout Touba, en cette nuit du dimanche 24 Safar 1434 (6 janvier 2013) nuit inoubliable de sable glacial aux Khassaides langoureux, durant laquelle fut mis en terre, devant des milliers de fidèles pétrifiés, l'un des plus illustres Guides contemporains de la Mouridiyya : Serigne Cheikh Maï Mbacké.



Inhumation de Serigne Cheikh Maï Mbacke (1352-1434): Touba regrette un médecin des âmes
Il était plus facile de décompter ceux qui, comme Segn Bass Abdou Khadre n'y étaient, pour cause d'absence de la ville Sainte. Cet exercice là, était nettement plus aisé que de dénombrer à s'y perdre, ces Cheikh et Petits fils de Serigne Touba, frères et cousins de la grande famille accourus de Mbacké Khewar à Darou Salam et partout dans Touba et au delà, dés après l'icha, accompagner leur mentor, leur confident, ami et Guide aux cotés de sa légendaire maman Sokhna Maï Kabir, "l'Agréée de son père".

Serigne Mountaga Ibn Bassirou, Abibou Ibn Falilou, Mame Mor Ibn Mourtala, Moustapha Ibn Saliou, Djily, Abo Ibn Abdou Lahat, Cheikh Sey, Abdou Lahat, Fallou, Amsa Ibn Swahibou, Abdoulah Ibn Ibrahima, la famille élargie de Serigne Abdoul Khadre Mbacké et des Boussognbé, tous étaient là, attristés, enveloppant de silencieuses litanies celui qui a su avoir pour chacun d'entre eux, une marque particulière d'attention, d'affection, d'érudition, de constant attachement.

Je sais, Mor. Il est d'usage quand un soufi de cette dimension rejoint (avec) bonheur le monde réel auquel il a consacré sa vie, d'en faire peu cas. Ici bas. De respecter sa mémoire. De ne guère laisser l'univers factice qu'il a admirablement dompté de son vivant, troubler les agapes spirituelles d’âmes qu'il a si majestueusement aidé à apaiser.

Oui, j'y aurais souscrit, totalement, n'était-ce mon devoir également impérieux de Témoignage. De transmission. Double impératif qui pose des rails pour les générations montantes et à venir. D'Ici... Comme de partout ailleurs ; du monde de l'intelligence.

Deux legs seulement me suffiront. La pieuse BONTE et l’HUMILITE. Deux grandes leçons que Serigne Cheikh Maï Mbacké a laissées aux milliers de disciples qui ont épuisé dés le lendemain du Magal, ses forces; jusqu'à ses dernières réserves de disponibilité...

État d'esprit plutôt que qualificatif. Ne disons du disponible Serigne Cheikh Maï qu'il était seulement Bon et Humble. C'est peu dire. Il irradiait ces attributs. En toute sérénité dispensatrice.

J'ai décrypté à son ombre, essentiellement par l'attitude et le comportement, loin, bien loin des grands discours, qu'il n'y a en définitive dans tout l'univers que deux types de Créatures. Le premier, respectueux des prescriptions, lois et ordres divins... Au nombre duquel les élus de la Bonté, au cœur pur de générosité qu'ALLAH swt fait l'Insigne Honneur d'Associer à l'accomplissement des Ses Bienfaits sur l’Humanité. Et, par delà la grande masse de rebelles qui ne méritent guère mention, le second groupe, celui des pervers occasionnels et simples égarés qui s’abandonnent par moment à Satan et l'assistent incidemment dans son sinistre dessein sur des âmes tout aussi distraites. Entre les deux, l'ambition, l'ambition personnelle pour les deux mondes et le destin, font la différence.

Serigne Cheikh MaÏ était aussi, tout en HUMILITE.

Pour preuve, lequel a appris, depuis presque une semaine, autrement que par la proximité, la disparition de cet illustre soufi qui a pourtant fait l'unanimité à Touba ? Le seul fait que le Rappel de cet octogénaire parmi les plus âgés des petits fils directs de Bamba soit passé inaperçu des médias, y compris ceux de la ville sainte, en dépit de l'affluence encore continue au cimetière et en sa demeure, de fidèles avisés, atteste, à suffisance, de son degré d'effacement quasi dissimulateur... Sous l'ombre divine. Loin, bien loin des convoitises et oripeaux qu'il savait si bien traiter avec autant de dédain que de souverain détachement. L'adage établit, bien plus à raison qu'à tort, qu'on part en fait de cette vie comme l'on y aura vécu... Avec ou sans attachement majeur à ses leurres et lustres.

Fuyant toute forme, même apparente de mondanité, Serigne Cheikh Maï ne quittait Touba que sur injonction d'un corps asservi aux rituels et autres dévotions. Un corps d'humain finalement épuisé, par les sollicitations et l'épreuve ascétique à plus de 80 ans révolus!

Le fils de Sokhna Maï Kabir savait si bien effacer sa personne, au point qu'au temps de sa parfaite santé, il n'était jamais plus haut assis qu’aucun de ses interlocuteurs. Fussent-ils des enfants.

Le neveu et ami du quatrième Khalife Serigne Abdoul Khadre Mbacké personnifiait la crainte révérentielle de ALLAH swt. Tout autant que le culte de l'Humanisme dont le Tout Puissant nous Gratifie, malgré tout, dans son Immense Miséricorde, depuis l’avènement de Adam, le Grand Patriarche.

Le petit fils de Khadimoul Rassoul avait pris de son Illustre grand père, par delà la physionomie, jusqu'à cette mystique force tranquille et apaisante, tout en douceur, dont la simple proximité suffisait à décharger de tout fardeau.

A Abo, Cheikhouna et Djily, le compagnon de l'intérieur, d'expliquer à leur ainé Mor Soxna que le départ d'un tel Homme de Dieu, qui n'était point le père de ses seuls enfants, mais le patriarche des aspirants et assoiffés de toutes conditions, ne peut laisser durablement aphone des disciples auxquels après ALLAH swt, il a fait don de sa vie.

Condoléances à vous tous. A ses épouses et filles. A ses disciples de la Sénégambie. A Moustapha, Mamadou, Amdy, Ibrahima, Diawara, Badara, Souleymane, Bathie... Condoléances attristées du Sénégal à la Mouridiyya ; à son illustre frère et Khalife Serigne Sidy Moukhtar Mbacke.

Sidy GAYE, Journaliste

Sidy GAYE

Jeudi 10 Janvier 2013 - 17:24



1.Posté par narou le 12/01/2013 11:42
DES MEDICAMENTS TRES EFFICACES PREPARES A BASE DU SAINT CORAN, DES PRODUITS DE SERIGNE NIANG ET DE AHMED FALL NAROU SERIGNE FALLOU QUI SOIGNENT DES MALADIES COMME :
NDOKHOU CITY.
- HEMOROIDE.
PROBLEME DE REGLE
-TRAITEMENT DIABETE.
TRAITEMENT CACERE.
TRAITEMENT AP.
ATIQUE B.
TENSSION
-PROCETATE
-FAIBLESSE SEXUEL.
-MANQUE D’APPETIT.
-EJACULATION PRECOCE.
-FATIGUEMENT GENERAL.
HERNIE
STOMAC
ULCAIRE
PRODUIT TILI KILI BENEDIANETE.
NDIMBELGUI +SOUPOU VIANDE CHEVRE.
VIANDE CHéVRE +RéNE AK KHASSE +KHATIM ALKHOURANE BOUGNOU BIDE SAFERON +HUILE DIWOUGNORE%%%%%% SOUPOU ECT.

SANKA UN NOUVEAU PRODUIT DE PLANTE TRAITé TOUTES LES MALADIE DU SANG.
AK KOUMETE SAWE AK KOUYE SAWE MOUYE DAGUE AK YOKE DRéTE AK DEGUERELE POUR GUA MENE SEYE BOU BAKHE KOU AME TENSSION BOU WATHIE DOUKO NANE.
POUR TOUTES INFORMATIONS CONTACTEZ AHMED FALL NAROU SERIGNE FALLOU AUX.
77 941 01 47 / 77 538 55 95 / 76 464 47 97 / 70 727 75 27.
SKYPE NAROUFALLOU FALL
SKYPE NAROUFALLOU FALL
SKYPE NAROUFALLOU FALL
SKYPE NDIMBEULEGUI1
SKYPE NDIMBEULEGUI1
TOUTE LES JOURS VERS 00H.

NIMERO INTERNATIONALE- 00221 76 589 33 33.
A TOUBA PHARMACIE SOKHENA DIARA
A MBACKE EN FACE MOSQUE DE TIDIANE
A DIOURBEL MAGAZIN EN FACE STATION AYDONE
A DAKAR SUR HORAIRE RUE TOLEBIAQUE MOSQUE BABARA
DANS LE MONDE SAUF ARABIE SAWEDITE PAR POSTE ENVOI
ET LES AUTRES POINT DE VENTE
CLIQUE ICI POUR VISITE NOTRE SITE WEB http://www.ndibeulougoorakdjiguene.sitew.com/#images_de_nos_produits.A.
ET ECOUTER DES EMISSIONS ET DES PUBLICITE.
SIEGE TOUBA MBACKE LA VILLE SAINTE.
http://www.ndibeulougoorakdjiguene.sitew.com

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter