Inondations : un mort en Seine-et-Marne, 12 départements toujours en vigilance orange



Inondations : un mort en Seine-et-Marne, 12 départements toujours en vigilance orange
Les crues qui inondent une partie de la France depuis le début de la semaine ont gagné l’Ile-de-France jeudi 2 juin. A la tribune du congrès des maires de France, François Hollande a annoncé que l’état de catastrophe naturelle serait reconnu dès le prochain conseil des ministres, mercredi, pour les zones « les plus touchées » par les intempéries.

Un département en vigilance rouge et douze en orange
Le département de Seine-et-Marne restait jeudi en alerte rouge inondations, alors que le niveau de vigilance dans le Loiret, un des départements les plus touchés depuis mardi par les inondations, a été abaissé à l’orange. Onze autres départements d’Ile-de-France et du Centre étaient encore en vigilance orange (Val-d’Oise, Yvelines, Essonne, Indre-et-Loire, Cher, Loir-et-Cher, Indre), selon le bulletin de Météo France de 16 heures.

Les pluies qui ont provoqué d’importants dégâts, ainsi que de nombreuses évacuations dans un grand quart nord-est du pays, ont pris fin mardi, mais un nouvel épisode pluvieux a gagné le pays depuis mercredi soir, par les frontières belge et allemande.

Un peu plus de 19 000 foyers étaient privés d’électricité jeudi soir dans le Loiret et l’Ile-de-France en raison des inondations, contre 21 700 en fin de matinée, selon Enedis (anciennement ERDF), le gestionnaire du réseau français de distribution d’électricité.

En Allemagne, des pluies diluviennes ont fait au moins neuf morts depuis dimanche et trois personnes sont portées disparues en Bavière, selon un porte-parole de la police locale. Epicentre des inondations mercredi, Simbach am Inn a commencé à voir le niveau de l’eau baisser dans les rues de la ville, qui montait parfois jusqu’aux toitures.

Une crue importante de la Seine moyenne en formation
A Paris et en Ile-de-France, le niveau de la Seine a atteint jeudi en milieu d’après-midi 5,13 mètres et devrait monter vendredi entre 5,30 et 5,90 m, selon un point journalier du ministère de l’environnement. Depuis la veille au soir, une partie des voies sur berge sont fermées et des débordements ponctuels ne sont pas à exclure. Pour l’instant, Paris n’est pas menacée par une catastrophe comparable à celle de 1910 – la Seine avait alors atteint 8,42 m et inondé notamment des stations de métro, paralysant la ville.
Le tronçon Seine moyenne a été placé ce matin en vigilance orange, en Seine-et-Marne jusqu’à l’amont de Paris.

Manuel Valls en visite en Seine-et-Marne, en alerte rouge
En visite à Nemours, en Seine-et-Marne, jeudi matin, le premier ministre, Manuel Valls, a annoncé la mise en place d’« un fonds exceptionnel de soutien » pour les collectivités territoriales touchées par les inondations et a promis une mise en œuvre rapide des procédures de catastrophe naturelle. Selon la préfécture du département, un cavalier de 74 ans est mort « emporté par les eaux » dans les inondations à Evry-Grégy-sur-Yerre

La ville de Nemours a été coupée en deux par les eaux, et la maire, Valérie Lacroute, qui a fait procéder à l’évacuation de 3 000 des 13 000 habitants en barque vers des centres d’hébergement, déplorait mercredi un centre-ville « totalement sous l’eau », où « tous les commerces sont détruits ». Les habitations situées dans la partie inondée n’ont plus ni électricité, ni chauffage, ni eau. Les niveaux de la crue de 1910 (4,25 m) ont été dépassés à Nemours, où le pic a été atteint à minuit mercredi (cote 4,63 m).

Jeudi matin, la décrue s’amorçait, très lentement dans le centre-ville, mais la situation restait préoccupante dans le département. Par contre, « à Melun, la Seine continue de monter », et de fortes pluies ont repris jeudi matin, a déclaré Jean-Luc Marx, préfet de Seine-et-Marne. Plus au nord, entre Montereau-Fault-Yonne et Melun, la Seine monte « de 20 cm toutes les six heures », selon la préfecture, qui a décidé de prolonger jusqu’à samedi la fermeture des établissements scolaires dans près de 70 communes du département.


Dix kilomètres au sud, le corps sans vie d’une octogénaire a été découvert mercredi soir dans son pavillon inondé, à Souppes-sur-Loing. Une autopsie est prévue vendredi, selon le procureur de Fontainebleau, Guillaume Lescaux, qui estime qu’elle a pu être « surprise par la montée des eaux » et mourir « d’hypothermie », alors que des responsables locaux assuraient dans la matinée que son décès n’était « pas lié » aux inondations.

Dans le Loiret, la crue est supérieure à celle de 1910
Tout au long du cours du Loing, plusieurs villes ont été touchées, comme Montargis. La sous-préfecture du Loiret était noyée sous 1,80 m d’eau jeudi matin. Il serait tombé dans le département l’équivalent d’un mois et demi de précipitations en trois jours, et près des deux tiers des communes sont touchés par les crues. Les quelque 300 pompiers mobilisés ont procédé à plus de 2 000 interventions depuis le début des intempéries. La crue dans le bassin du Loing a atteint des niveaux supérieurs à ceux de la crue de 1910.

L’autoroute A10 était toujours fermée jeudi matin depuis le péage de Saint-Arnoult-en-Yvelines jusqu’à Orléans ; 650 automobilistes se sont retrouvés bloqués mercredi par les inondations et ont été évacués en soirée par des camions militaires de transport de troupes. L’accès au chef-lieu du Loiret reste aussi impossible par l’A71 en provenance de Vierzon et de Bourges. Au total, une vingtaine de routes restent coupées à la circulation, selon Vinci Autoroutes.

lemonde.fr

Jeudi 2 Juin 2016 - 23:01



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter