Inquiétude des Maliens après l’annonce de la fin de l'opération Serval

C'en est officiellement fini de Serval. L'opération militaire française au Mali, lancée en janvier 2013, va être remplacée par Barkhane. Une opération plus large et permanente de lutte contre le terrorisme dans la région du Sahel. C'est ce qu'a annoncé, dimanche 13 juillet, le ministre français de la Défense, Jean-Yves Le Drian. Malgré ce changement de nom, les effectifs du contingent et sa mission vont rester globalement les mêmes : 3 000 hommes chargés de lutter contre le terrorisme, mais redéployés sur une zone plus large donc. Réactions à Bamako après l'annonce de Paris de réorganiser son dispositif militaire dans la région.



Soldat français à Gao, le 2 mars 2013. REUTERS/Joe Penney
Soldat français à Gao, le 2 mars 2013. REUTERS/Joe Penney

« Le président de la République a souhaité qu’il y ait une réorganisation de nos forces dans la zone, si bien que nous allons initier une nouvelle opération qui n’est pas uniquement une opération au Mali, qui dépasse largement l’opération Serval, qui va se mettre en place dans les jours qui viennent, dont l’objectif est essentiellement du contre-terrorisme. Et ça se fait en partenariat avec les cinq pays de la zone sahélo-saharienne (Mauritanie, Mali, Burkina Faso, Niger et Tchad), et cela représente « à peu près 3 000 militaires en tout », a déclaré le ministre de la Défense Jean-Yves Le Drian lors de l'émission Le Grand Rendez-Vous Europe 1-Le Monde-iTélé.

Avant de rendre publique la nouvelle, Paris a prévenu les autorités maliennes. « Serval ne quitte pas le Mali, mais étend plutôt ses tentacules », commente-t-on au ministère malien de la Défense. L’on se veut rassurant. « En ces moments plutôt difficiles, ajoute notre interlocuteur, le Mali pourra continuer à compter sur la France pour faire face au péril jihadiste».

Sur le terrain, la ville malienne de Gao restera la principale plate-forme militaire française, affirme-t-on également. Mais ici, des civils, des habitants du nord notamment, manifestent des inquiétudes après l’annonce du réaménagement du dispositif militaire français dans la région.

« Pourquoi ils nous abandonnent, pourquoi ils s’en vont alors que le travail n’est pas terminé ? », interroge un habitant de la localité de Tombouctou. A Gao, principale ville du nord du Mali, la même remarque revient souvent dans les conversations. « Avant de faire partir du Mali une partie de ses troupes, la France doit aider le Mali à chasser les terroristes, à récupérer la région de Kidal », affirme un habitant de Gao.

Le ministre français de la Défense est attendu mercredi à Bamako pour signer l'accord de défense franco-malien qui ouvre la période post-Serval. Un millier d'hommes devrait rester au Mali pour lutter contre « les groupes terroristes combattants ».

« Grâce à l'opération Serval qui achève sa tâche, il n'y a plus de sanctuaire pour les groupes terroristes au Mali. C'est une mission qui a été parfaitement accomplie », a déclaré ce dimanche François Hollande lors de son allocution aux armées à la veille du défilé du 14-Juillet.

Source : Rfi.fr
 



Lundi 14 Juillet 2014 - 09:47



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter