Insécurité : Ces lieux qui mettent la population en danger

Il regorge au Sénégal, des lieux de rassemblement où les populations ne seraient pas cependant en sécurité. C’est ce que révèle le rapport 2015 de la Direction de la protection civile. En effet cette structure, après avoir fait l’état des lieux sur le plan sécuritaire de plusieurs bâtiments publics ou entreprises, a indexé certains d’entre eux, en l’occurrence le Cices, le Cicad, Soboa, entre autres.



Insécurité : Ces lieux qui mettent la population en danger
La sécurité des personnes ne serait pas assurée au Centre international de conférence Abdou Diouf (Cicad). C’est ce que révèle le rapport 2015 de la Protection civile. Cette situation serait liée à la longue distance qui sépare les issues de secours et certaines places des loges. Les enquêteurs ont aussi mis l’accent sur l’absence de personnel qualifié pour utiliser proprement les moyens de secours, entre autres manquements.

Le Centre international du commerce extérieur du Sénégal (Cices), n’est pas épargné par le rapport qui met en évidence l’insécurité que font courir les installations électriques. Selon le document parvenu par "l'Observateur", les normes de sécurité ne sont pas respectées, ce qui pourrait provoquer des accidents.

Les Industries chimiques du Sénégal n’ont pas été oubliées. Et pour cause, «l’absence d’appareils respiratoires filtrants en dotation périmés et dépassés ; un personnel non entraîné au port de l’Epi et des nouveaux Ari ; une absence de vérification des installations électriques par un organisme agréé ; l’absence de bac de sable et de pelle de protection au niveau du stockage de gasoil ; un défaut de vérification des moyens de secours».

La Société des brasseries de l’ouest-africain, elle non plus, ne respecte pas les normes de sécurité. Car, relève le document, «une insuffisance de formation du personnel ; une absence de signalisation des itinéraires d’évacuation et d’un point de rassemblement en cas d’alerte ; une absence de formation en cas d’évacuations, entre autres griefs retenus contre l’entreprise.

Ousmane Demba Kane

Mardi 20 Septembre 2016 - 08:23



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter