Interrogations après une explosion mortelle à Ouagadougou

Un quartier situé dans le deuxième arrondissement de Ouagadougou a été secoué par une forte explosion, hier, mardi 15 juillet, en fin d’après-midi. Le bilan provisoire donné par les secours est de deux morts et d’une quarantaine de blessés. Plusieurs dégâts matériels sont à signaler également. Pour l’heure, les causes de ce drame ne sont pas encore connues et une enquête a été ouverte.



président congolais, Joseph Kabila, découvre le projet d'exploitation de l'entreprise sud-africaine Africom dans une ferme de la province du Bandundu, le 15 juillet 2014. RFI/Léa-Lisa Westerhoff
président congolais, Joseph Kabila, découvre le projet d'exploitation de l'entreprise sud-africaine Africom dans une ferme de la province du Bandundu, le 15 juillet 2014. RFI/Léa-Lisa Westerhoff

La déflagration a été entendue et ressentie dans des quartiers situés à plusieurs kilomètres du lieu du drame. Plusieurs maisons ont vu leurs toitures s’envoler, leurs vitres être brisées, à des centaines de mètres à la ronde. Tout le quartier a été plongé dans le noir. Dans la cour où s’est produite l’explosion, un grand cratère se dessinait pendant que les secours fouillaient encore les décombres.

Les causes de l’explosion ne sont pas encore connues. Les forces de défense et de sécurité fouillent toujours les gravats. Selon Wenceslas Ilboudo, procureur général près la cour d’appel de Ouagadougou, aucune piste n’est à exclure : « Les deux polices scientifiques, la police et la gendarmerie sont mobilisées pour essayer de faire "parler" les débris et les traces, pour nous aider un peu à comprendre ce qui s’est passé. »

Tous les blessés ont été conduits dans les centres de santé pour des soins. Le Conseil national de secours d'urgence et de réhabilitation a pris en charge les familles sinistrées.

Source : Rfi.fr



Jeudi 17 Juillet 2014 - 12:04



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter