Invalidation de la Présidentielle de 2012 : Moustapha Diakhaté et Cie de BBY répondent à Wade



Le groupe parlementaire de la majorité réagit ainsi aux propos de Wade qui affirme, par rapport à l’affaire Diack, que «de l’argent d’origine illicite a été injecté dans le processus électoral de 2012 qui a conduit à l’avènement du régime actuel». La coalition Benno Bokk Yaakaar (BBY) trouve «ridicule» et «irresponsable» la «demande d’invalidation de la Présidentielle de 2012» faite par Abdoulaye Wade.

Moustapha Diakhaté et ses collègues qualifient ainsi de «monument d’abjectes fanfaronnades politiciennes» de l’ancien Président qui a choisi, lundi, Cheikh Tidiane SY pour lire son message au Comité Directeur (CD) du Parti Démocratique Sénégalais (PDS). Moustapha Diakhaté Diakhaté constate que le «Pape du Sopi» est un «politicien en crise, politicien de crises» qui n’a qu’une «seule obsession : salir les institutions de la République et installer dans l’imaginaire des populations l’idée factice d’un Sénégal en crise». Il voit d’ailleurs derrière le «pamphlet injurieux» qui a valu à Oumar Sarr son arrestation et son emprisonnement la main de Wade, qu’il considère comme «le rédacteur courageusement anonyme» de ce communiqué portant les accusations contre Macky Sall relativement à l’affaire Lamine Diack. 

Le président du groupe Bby estime que le secrétaire général du PDS «doit faire preuve de dignité, de grandeur, de courage pour reconnaître son ignoble forfaiture et présenter ses excuses au Président Macky Sall et aux Sénégalais qui l’ont élu, à l’instar de Messieurs Louis Dreyfus et Jérôme Fenoglio respectivement Président du directoire et directeur du Monde». Le président de la majorité parlementaire d’ajouter dans « LeQuotidien » qu’«Abdoulaye Wade et ses courtisans doivent comprendre, une fois pour toute que démocratie n’est ni licence ni permis d’insulter. L’injure comme l’offense et les autres détestables propos de borne-fontaine ne sont pas des opinions».

Avant d’avertir que la «campagne immonde» de Me Wade contre «la première institution de la République du Sénégal sera combattue avec la plus grande fermeté».  


Mercredi 13 Janvier 2016 - 09:52



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter