Investiture d'Obama: la foule envahit Washington

A quelques heures de l'investiture de Barack Obama, qui devrait attirer entre un et deux millions de personnes malgré le froid, la foule a commencé à envahir Washington. Le jour n'était pas encore levé que les transports en commun étaient submergés mardi de spectateurs ralliant Pennsylvania Avenue et le National Mall.



"C'est le fruit de deux ans de travail", confiait Akin Salawu, un militant pro-Obama venu de Brooklyn, à New York. "Obama est comme un enfant sur lequel nous avons veillé. Maintenant, il s'en va dans le vaste monde!"

Dès 4h du matin, heure locale (9h GMT), des files de voitures se sont formées dans les parkings des gares de la banlieue de Washington, alors que des trains supplémentaires étaient prévus pour acheminer les foules attendues.

Pour l'occasion, Metrorail, le métro de Washington, a ouvert à 4h, soit une heure plus tôt que d'ordinaire. Le District de Columbia, territoire englobant la capitale fédérale, était quant à lui envahi par les autocars en provenance des quatre coins des Etats-Unis. Si la plupart ont pu être garés dans des parkings, certains ont dû se rabattre sur les rues fermées lundi soir à la circulation.

Tous les ponts reliant le District de Columbia et la Virginie ont également été fermés, la police ne laissant passer que les véhicules autorisés, les piétons et les cyclistes.

On ne pouvait pas davantage circuler dans le centre de Washington, où certains parkings étaient interdits d'accès par mesure de sécurité. Pour cette même raison, deux stations de métro proches du National Mall ne devaient pas ouvrir de la journée.

Quant aux taxis, bon nombre ont décidé de ne pas travailler ce mardi, du fait des restrictions imposées par les autorités du District de Columbia mais aussi pour avoir la possibilité de suivre l'investiture de Barack Obama.

La police attendait entre un et deux millions de personnes. Les organisateurs du national Park Service tablaient sur une foule record, supérieure aux 1,2 million de personnes venues assister à l'investiture de Lyndon Johnson en 1965. AP

source : AP

AP

Mardi 20 Janvier 2009 - 13:27



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter