Isco, le nouvel "indiscutable" du Real Madrid

En l'absence de Luka Modric et James Rodriguez, l'entrejeu madrilène a trouvé en Isco un nouvel élément fort. Le jeune espagnol a profité des blessures des uns et des autres pour s'imposer sur le terrain et dans l'esprit de son entraîneur, Carlo Ancelotti, qui le considère désormais comme "indispensable".



L'abondance de biens ne nuit pas. Demandez au Real Madrid qui avec Sami Khedira, Toni Kroos, Luka Modric, James Rodriguez, Isco, Asier Illaramendi et Lucas Silva possèdent un des plus beaux milieux de terrain d'Europe. Les blessures longue durée du Croate en novembre et du Colombien en février n'ont guère gêné le club merengue qui a pu compter ,durant cette période, sur Isco. L'ancien playmaker de Malaga explose cette saison après une année d'adaptation. A tel point, que Carlo Ancelotti ne voit plus en lui un joueur d'impact, mais un véritable homme de base de son onze de départ. "Il est indiscutable. S'il est en forme, il joue", a expliqué le technicien italien en conférence de presse, la veille de la rencontre face à Villarreal. Une confiance qui se traduit dans les chiffres : 10 passes décisives et 5 buts toutes compétitions confondues. Véritable couteau-suisse, celui qui avait débuté comme deuxième attaquant en Andalousie est devenu l'homme à tout - bien - faire de l'effectif du Real. "Il est difficile de dire quelle est la meilleure position pour lui, parce qu'il a démontré être habitué à jouer à tous les postes où je l'ai aligné", a  expliqué Ancelotti.

Couteau-suisse

Dernier test en date, le doble pivote, cher à Vicente Del Bosque avec la Roja (Sergio Busquets-Xabi Alonso), composé au Real d'Isco et de Toni Kroos. En milieu défensif, dans ce 4-4-2, il a à nouveau brillé. "Il a été surprenant quand il a joué milieu dans un double pivot (avec Toni  Kroos), en affichant une bonne attitude défensive et un bon positionnement. Mais je crois que nous devons davantage utiliser ses caractéristiques pour attaquer plutôt que pour défendre. Il a montré une attitude très positive et je crois que c'est la clé de sa progression". Ses prestations sont désormais convaincantes et le débat qui pouvait exister la saison dernière quand Ancelotti le faisait asseoir sur le banc au grand dam de son président, qui avait cassé sa tirelire pour se l'offrir, n'a plus lieu d'être. Pour le plus grand bonheur du Bernabeu dont Isco est l'un des chouchous. Car jeune, car Espagnol. Le joueur de 22 ans pourrait à nouveau offrir un récital à son public dès ce dimanche contre le Sous-marin Jaune.


FRANCESPORT TV

Dimanche 1 Mars 2015 - 15:18



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter