JAMRA et MBAÑ GACCE saluent l’œuvre de salubrité publique du Préfet de Pikine !



JAMRA et MBAÑ GACCE saluent l’œuvre de salubrité publique du Préfet de Pikine !
Le Conseil National de régulation de l’audiovisuel (CNRA) avait pourtant, depuis novembre 2013, tiré la sonnette d’alarme sur ces matraquages publicitaires télévisuels, trompeurs voire mensongers, diffusés à des heures de grande écoute (donc ciblant aussi bien un public adulte que les enfants mineurs) et faisant miroiter aux esprits crédules la possibilité de s’enrichir allégrement, presque les doigts dans le nez ; élargissant ainsi, chez la frange juvénile surtout, le régiment des partisans du moindre effort.
Beaucoup d’enfants mineurs auront ainsi succombé aux charmes des jeux de hasard, par ouï-dire ou sous la néfaste influence de ces réclames commerciales. En raison de son caractère pernicieux, la publicité trompeuse est pourtant clairement réprimée par la loi 2006-04, du 04 janvier 2006, en ses articles 12, 13, 14, qui stipule que «la publicité ne doit pas, directement ou indirectement, induire en erreur le consommateur».

On ne compte plus les drames familiaux consécutifs à des écarts de conduite, dont les jeux de hasard seraient l’épicentre. Combien d’enfants mineurs - alors qu’ils étaient porteur du paiement de leur scolarité mensuelle ou de celui de la facture d’eau ou d’électricité - sont aujourd’hui en rupture de ban avec la cellule familiale, pour avoir été tentés par le démon des salles de jeux de hasard, qui poussent comme des champignons dans les quartiers populaires? Ils sont légions ces mineurs en déperdition scolaire, qui font toujours croire à leurs parents qu’ils vont assidûment à l’école, alors qu’ils en ont été exclus depuis belle lurette, pour défaut de paiement de leurs scolarités mensuels, qui auront été engloutis dans ces maudites salles de jeux ? 

Etant «plus proche de l’homme que sa propre veine jugulaire», Allah avait pourtant, depuis la nuit des temps, mis en garde: «Ô croyant, le vin, le jeu de hasard, les pierres dressées, les flèches divinatoires, ne sont qu’abomination et œuvres du diable ! Ecartez-vous en, afin que vous puissiez réussir. Car, le diable cherche à jeter l’animosité et à attiser la haine entre vous pour vous détourner d’Allah et de la prière. Allez-vous donc y mettre fin ?» (Sourate Al-Maeda, verset 90-91).

Et le Messager d’Allah de préciser, dans un Hadith rapporté par Boukhari: «Celui qui dit à son ami : "Viens, on pari" doit, à cause de ce simple propos, s’acquitter d’une aumône, pour expier ce qu’il a dit». Alors que penser de l’acte de se livrer au jeu de hasard lui-même ! Un autre enseignement du Prophète Mouhamed (psl) est plus qu’édifiant sur les destins tragiques (dépression, suicide, divorce…), régulièrement rapportés par la presse occidentale, qui sont souvent le lot de ces soudainement «fortunés», qu’un simple grattage au loto aura légué le jackpot tant rêvé: «Ceux qui plongent leurs mains, sans y avoir droit, dans ce qui appartient à Dieu, auront l’Enfer comme rétribution» (Rapporté par Boukhari). Un pays sous-développé, comme le nôtre, devrait promouvoir dans le mental des jeunes les valeurs du travail, le goût de l’effort, plutôt que la culture du moindre effort et du gain facile, qui sapent les plus hardies plans de développement économique, susceptibles de propulser notre cher Sénégal sur les rampes de l’émergence !

L’Organisation islamique JAMRA et l’Observatoire de veille et de défense des valeurs culturelles et religieuses, MBAÑ GACCE, saluent l’initiative courageuse et hautement patriotique du Préfet de Pikine, Pape Demba Diallo, qui aura, en l’espace d’un mois, à travers deux opérations "Augias" de grande envergure menées de main de maître, permis de démanteler (ou de verbaliser) une vingtaine de bars clandestins et un nombre impressionnant de salles de jeux, dans les communes de Pikine-Est, Pikine-Ouest, Pikine-Nord, Diamaguene-Sicap-Mbao, Djidah-Thiaroye-Kao et Yeumbeul-Sud. Souvent en porte-à-faux avec la loi, ces tenanciers opéraient pour la plupart à proximité d’établissements scolaires, contribuant ainsi à accentuer le fléau de la débauche et de la déperdition scolaire.  

JAMRA et MBAÑ GACCE invitent les populations, particulièrement celles de la banlieue, à travailler en étroite collaboration avec les exécutifs locaux, pour dénoncer ces vendeurs de rêves et de «l’herbe qui tue», qui se remplissent les poches sans scrupule, au détriment de l’avenir de nos enfants, de la santé et de la sécurité publiques. 

Les Bureaux exécutifs de Jamra et de Mbañ Gacce


Jeudi 5 Mai 2016 - 21:30



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter