Javier Hernandez, le remplaçant qui fait du bien au Real Madrid

Butueur décisif dans la qualification pour les demi-finales de la Ligue des Champions face à l'Atletico Madrid, Javier Hernandez profite des blessures qui déciment l'effectif du Real Madrid pour retrouver un peu la lumière dans cette fin de saison. Face à Vigo, il aura encore l'occasion de faire oublier l'absence de Karim Benzema.



A Madrid, les critiques de Thierry Henry à l'encontre de Javier Hernandez, dit "Chicharito" sont passées à la trappe. L'ancien barcelonais, aujourd'hui consultant pour SkySports avait eu des mots, envers la célébration du Mexicain après son but décisif en Ligue des Champions contre l'Atletico. "C’est, pour moi, le but de Ronaldo. A cet instant-là, il ne pouvait pas tirer donc il n’a pas pris le risque de faire quelque chose de stupide. Il a vu quelqu’un en meilleure position. C’était Chicharito. Et il lui a donné le ballon. Ce que je n’aime pas, c’est qu'après le but, Chicharito avait l’air d’avoir gagné la Coupe du monde. Il n’avait qu’à mettre le ballon au fond, se retourner et célébrer avec Ronaldo. Il peut remercier Ronaldo", avait lancé l'ancien international français.

Dans la capitale espagnole, personne n'avait trouvé à redire car ce but permettait d'éliminer le rival honni et car il récompensait un joueur beaucoup plus habitué au banc de touche qu'à la lumière et aux applaudissements du Bernabeu. Dans l'ombre du trio BBC (Bale-Benzema-Cristiano Ronaldo), "Chicharito" a bénéficié des absences du Français et du Gallois, tous deux blessés. Les larmes, au moment de son remplacement mercredi soir, venaient exprimer toute la frustration et le doute emmagasinés au terme d'une saison où il aura joué les utilités (25 matches mais deux comme titulaire).

Abnégation

"J'étais très ému et particulièrement à côté de Keylor (Navas, ndlr), parce que nous  avons la même culture, celle de pays voisins", a expliqué "Chicharito" après la rencontre face à l'Atletico. "Nous avons vécu des moments forts ensemble et nous nous sommes serré les coudes, en étant proches et en nous soutenant moralement." Comme Navas, gardien remplaçant d'Iker Casillas, Hernandez a rongé son frein. Car il espérait autre chose en débarquant à Madrid, en prêt pour une saison, en provenance de Manchester United. A 26 ans, barré en Angleterre par les Rooney, Van Persie, Falcao, il voyait en ce transfert à Madrid une occasion de relancer sa carrière. Il a finalement quitté un banc prestigieux pour un autre. 

Mais ça c'était avant les blessures qui ont affaibli le Real au plus mauvais moment, mais qui ont aussi obligé Carlo Ancelotti a relancé le Mexicain. Sur ses trois derniers matches, il a signé une passe  décisive et deux buts. En 940 minutes disputées cette saison, il a inscrit six buts et délivré deux passes décisives. "Il a beaucoup souffert cette saison, en jouant très peu, mais il mérite ce but très important  pour nous. Il n'a jamais baissé les bras dans ces moments difficiles et cela a payé", a décrit son entraîneur.

Récompense

Si Carlo Ancelotti lui a peu fait confiance, c'est parce qu'il avait en la personne de Karim Benzema, le complément parfait au duo supersonique Ronaldo-Bale. Fin et précieux dans le jeu, le Français est le joueur idéal pour évoluer à côté des deux flèches. Il sait dribbler, passer, marquer quand le Mexicain est beaucoup plus unidimensionnel. Son rôle à lui, c'est de marquer des buts. Celui de renard face à l'Atletico le prouve bien. S'il n'a pas directement remercié Ronaldo mercredi soir après son but, il a été beaucoup plus collectif après la rencontre. "C'est moi qui ai marqué mais ce but appartient à tout le monde, ceux qui  ont eu confiance en moi, mes équipiers, ma famille", s'était réjoui le Mexicain.

"Ma famille et mes proches m'avaient dit d'être patient, de continuer à travailler parce que tôt ou tard, les opportunités arriveraient. Et elles sont arrivées", avait-il poursuivi. Face à Vigo ce dimanche, Hernandez devrait encore avoir sa chance en attendant le retour de Benzema. Peut-être qu'il resservira sur un plateau Cristiano Ronaldo comme face à Malaga le week-end dernier pour le but du 3-1. D'ailleurs Thierry Henry n'avait pas commenté la joie de l'attaquant portugais, parti célébré son 50e but de la saison avec les supporters en oubliant son passeur. Ce dernier a raison de profiter de la lumière ces derniers temps.


francetv sport

Dimanche 26 Avril 2015 - 15:04



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter