PRESSAFRIK.COM ,  L'info dans toute sa diversité



"Je me suis mariée avec moi-même !"

Vous rêvez de passer la bague au doigt à la seule personne qui rit à toutes vos blagues et ne vous trompera jamais ? Elle est en face de vous, dans le miroir ! A Brighton, Sophie Tanner a expérimenté l'auto-mariage.



Elle a été amenée au pied de l'autel par son père, une cohorte de demoiselles d'honneur la suivait dans leurs plus beaux atours et des vœux d'amour et de respect éternels ont été prononcés dans l'Eglise unitarienne de Brighton (Grande-Bretagne), sous les auspices d'un ami habillé en costume de cardinal. Un mariage bien traditionnel en somme ? Pas tout à fait ! Car, à y regarder de plus près, il manque un élément assez essentiel à ces noces : un(e) autre marié(e) à qui jurer respect, fidélité et assistance.

"Je me suis mariée avec moi-même, explique Sophie Tanner. Mon labrador, Ella, portait l'alliance", s'amuse la Britannique de 37 ans. Comme Sophie, elles sont de plus en plus nombreuses, aux Etats-Unis, en Angleterre ou aux Pays-Bas, à opter pour la "sologamie" (ou auto-mariage) où, lors d'une cérémonie insolite, mais non dépourvue de sérieux, des célibataires se passent elles-mêmes la bague au doigt en promettant de s'aimer, de s'honorer et de se chérir.

Une agence de voyages japonaise s'est même spécialisée 

La tendance est telle que Cerca Travel, une agence de voyages tokyoïte, propose désormais un pack "mariage solo" de deux jours, pour 3 000 euros. L'offre inclue le prêt d'une robe de mariée, la réalisation de son bouquet et de son maquillage par un professionnel et, bien sûr, une séance photos pour immortaliser la journée. Of course, une nuit de noces, seule, conclut la journée dans la suite nuptiale d'un grand hôtel.

"Pour moi, se marier avec soi est un acte de foi, explique Sophie. Cela signifie que je m'engage vis-à-vis de moi et que je peux me rendre heureuse sans avoir besoin de quelqu'un d'autre pour me sentir entière." Après une rupture douloureuse, plongée dans un tourbillon de tristesse, l'Anglaise, qui travaillait sur un projet de roman dans lequel l'héroïne se marierait avec elle-même, s'est laissé séduire par l'idée : "Plus je me renseignais sur la sologamie, plus j'étais intriguée. Je trouvais que ça convenait parfaitement à ma situation. Alors j'ai décidé de m'épouser en solidarité envers moi."

"Avec moi, je ne m'ennuie jamais !"
Si la démarche peut prêter à sourire, elle n'en est pas moins solennelle pour celles qui la choisissent et qui, comme Sophie, et toutes les mariées du monde, en gardent un souvenir ému : "Quand je regarde mes photos de mariage, j'ai la larme à l'œil. J'ai envie de revivre ce moment. J'ai compris que je préférais ne pas vivre en autarcie avec quelqu'un d'autre, toujours à jongler avec ses attentes. C'est délicieux de se réveiller et de ne pas devoir gérer les problèmes d'un autre. Je me sens plus intéressante, plus attentive. J'ai découvert qu'avec moi, je ne m'ennuie jamais."

closermag.fr

Vendredi 12 Mai 2017 - 14:58



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter