Jean-Marc Ayrault et Abdelmalek Sellal pour un partenariat gagnant-gagnant

Le Premier ministre français Jean-Marc Ayrault entame ce mardi 17 décembre la deuxième et dernière journée de sa visite officielle en Algérie. Il se rend à Oran, toujours en compagnie de son homologue Abdelmalek Sellal, pour visiter des usines françaises, symboles du renouveau de la coopération entre les deux pays.



Jean-Marc Ayrault (gauche) et Abdelmalek Sellal veulent faire avancer la coopération franco-algérienne. REUTERS/Ramzi Boudina
Jean-Marc Ayrault (gauche) et Abdelmalek Sellal veulent faire avancer la coopération franco-algérienne. REUTERS/Ramzi Boudina

Jean-Marc Ayrault et Abdelmalek Sellal ne se quittent plus. Ce lundi, à Alger, les deux hommes ont eu l’occasion de montrer à plusieurs reprises leur volonté commune de faire avancer la relation franco-algérienne. « On a dépassé les vicissitudes du temps, on regarde l’avenir », a ainsi déclaré le Premier ministre algérien, en précisant que l’accent allait être mis sur l’économie : « Nous avons voulu donner à la coopération entre les deux pays une primauté à la coopération économique. Parce que c’est ça le réel, c’est ça qu’on va laisser demain à nos enfants, à nos enfants, c’est ça qui va créer la dynamique algéro-française. »
 

C’est pour concrétiser ce renouveau que les deux Premiers ministres se rendent ce mardi à Oran. Plusieurs visites d’usine sont au programme. D’abord celle des cimenteries Lafarge, premier investisseur français en Algérie. Mais c’est sur le site de l’usine Renault, encore en construction, que le partenariat gagnant-gagnant, que prônent ensemble Français et Algériens, va être le mieux mis en avant.
 

Ce projet est né dans la foulée de la visite de François Hollande  il y a un an. D’ici fin 2014, les premières Renault Symbol – un modèle spécifique pour le marché algérien – seront produites. Symbol, c’est l’illustration parfaite de la coproduction, la nouvelle stratégie de partenariat économique entre les deux pays.

 

Hier, Abdelmalek Sellal a beaucoup insisté sur le fait que l’année écoulée avait permis de faire éclore de nombreux projets de coopération entre la France et l’Algérie. Le tramway d’Oran, que les deux Premiers ministres vont emprunter ce mardi, en est un autre exemple. Il a été inauguré en mai 2013.
 

Mais cela ne veut pas pour autant dire que la France bénéficie d’une position assurée en Algérie. Au contraire, elle fait face à une forte concurrence, en particulier de la Chine qui, depuis quelques années, mène une politique offensive et s’empare de nombreux marchés, notamment celui du logement. En affichant leur proximité et leur détermination politique, les Premiers ministres français et algérien veulent donc certainement envoyer un message aux entreprises françaises qui ont parfois fait preuve de méfiance ces dernières années : le verrou politique est levé.

Source : Rfi.fr
 


Dépêche

Mardi 17 Décembre 2013 - 09:44



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter