Jean-Paul Dias à l’oncle de Ndiaga Diouf : « Où est ce qu’il était dans l’éducation qu’il pouvait donner à ce gosse ? »

La libération provisoire de Barthélémy Dias a plus ressuscité que clos l’épisode de la mairie de Baobab. Suite à la dénonciation de cette mesure judiciaire par l’oncle de Ndiaga Diouf qui crie à la libération d’un « meurtre », Jean-Paul Dias est monté au créneau pour défendre son fils, mais aussi pour reprocher à Lamine Thiam d’avoir failli à l’éducation de son neveu.



Jean-Paul Dias à l’oncle de Ndiaga Diouf : « Où est ce qu’il était dans l’éducation qu’il pouvait donner à ce gosse ? »
Lamine Thiam, oncle de Ndiaga Diouf, par ailleurs porte-parole de la famille du nervi tué dans la fusillade de la mairie de Barthélémy Dias n’a pas hésité à faire part de son indignation, suite à l’accord d’une liberté provisoire pour le maire socialiste qu’il considère toujours comme le « meurtrier » de son neveu. M. Thiam est même allé plus loin en déclarant : « Macky Sall avait promis la justice, mais il est en train de semer l’injustice ».
 
Cependant, face à ces accusations à l’endroit de son fils, Jean-Paul n’a pas manqué de répliquer à l’oncle de Ndiaga Diouf. Rappelant que « des personnes armées, motorisées ont attaqué une institution de l’Etat », et que le maire « qui est officier public se défend, défend les personnels qui sont dedans », M. Dias laisse entendre qu’  « aujourd’hui si la justice est rendue au nom du peuple du Sénégal, si vous faites un sondage dans le pays, tout le monde est satisfait de la liberté provisoire de Barthélémy Dias ».
 
Toutefois, « que les autres ne soient pas contents, nous lorsqu’on a arrêté Barthélémy Dias et qu’on l’a mis en prison pendant cinq mois, nous n’avons pas été contents », confie Dias père qui poursuit « maintenant ceux qui se disent son oncle, le Thiam là, c’est un calot bleu. Où est qu’il était dans l’éducation qu’il pouvait donner à ce gosse-là. Il ne l’a pas donnée ».
 
 
Après sa libération, Barthélémy Dias dans ses premiers mots n’a pas oublié de regretter la mort de Ndiaga Diouf, même s’il met cet incident sur le compte de l’ex-président de la République, Abdoulaye Wade.



Mercredi 23 Mai 2012 - 16:17




1.Posté par ngor le 23/05/2012 22:33
Vraiment Dias père tu as ratè une ènorme occasion de fermer ta gueule ... pour ne salir la mèmoire du defunt.

2.Posté par gigi le 24/05/2012 11:30
Ngor, c'est toi qui devrait fermer ta sale gueule... des bandits armés prêts à tuer au nom de l'argent!!!! et on doit se plaindre qu'il a été tué??? on l'aurait tué X fois il l'aura mérité....

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter