Jean-Yves Le Drian contre la piraterie maritime en Afrique centrale

La sûreté maritime est au programme de la visite du ministre français de la défense au Congo-Brazzaville. Hier, lundi 10 février, il s’est rendu à Pointe Noire, la capitale économique du pays où il a notamment visité les locaux du Cresmac, le Centre régional de la sécurité maritime de l’Afrique centrale.



Le port autonome de Pointe-Noire.
Le port autonome de Pointe-Noire.

A partir de mars prochain, le Cresmac sera appelé à coordonner l’action en mer des différents marines de la région, particulièrement dans la lutte contre la piraterie ou le brigandage en mer.

Si, à ce stade, les Etats riverains de la CEEAC, la Communauté économique des Etats d’Afrique centrale, ne sont pas les plus menacés par ces phénomènes, le ministre français de la Défense a appelé à la vigilance des pays de la région et a demandé une accélération de la coordination des pays de la CEDEAO qui, plus au Nord dans le golfe de Guinée, ont du faire face l’an dernier à 154 attaques, en grande partie au large du Nigeria, alors que le nombre d’attaques réussies dans le golfe d’Aden au large des côtes somaliennes a lui considérablement baissé.

→ à (re)lire : Jean-Yves Le Drian entame une nouvelle tournée en Afrique centrale

« Il y avait déjà des risques et des menaces dans la Corne d’Afrique, il y a eu des exactions lourdes qui ont été menées qui ont permis de commencer à éradiquer ce fléau, rappelle Jean-Yves Le Drian. Ici, on dans l’amont, mais il faut prendre des dispositions pour anticiper et prévenir.

Et c’est une de raisons de ma venue ici à Pointe-Noire, et en particulier de me rendre compte de la mise en œuvre du Cresmac qui est une opération de coopération entre les différents états riverains membres de la CEEAC qui est une très bonne opération, qui j’en suis sûr, sera le point de départ d’une véritable police des mers qu’il faut établir.

Mais c’est vrai que c’est la prise de conscience de menaces qui peuvent intervenir dans les cinq ans qui viennent. Donc il faut être en prévention ici, mais dans l’action dans les pays de la Cédéao qui ne sont pas encore rendus à ce niveau, mais j’espère qu’ils le feront ».

Source : Rfi.fr
 



Mardi 11 Février 2014 - 10:01



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter