Jeunes et femmes : Traités en parent pauvre du foncier en milieu rural



Il est de coutume que les maux dont souffrent nos sociétés ont été décelés depuis des années plutôt. Ainsi la question de suivi-évaluation des projets en termes de faiblesses et succès pose un problème récurrent. L'Atelier de partage de la Banque Africaine de Développement (BAD) s'est intéressé à la question.

Selon les panélistes, « n'est pas toujours fait comme il se devait au niveau des pays africains ». Par l'organisation de cet atelier, la BAD compte pousser les gouvernants à mettre l'accent sur cet aspect qui est important pour nos pays.

Pour de qui est des défis de nos pays par rapport à la résolution du problème de chômages, des jeunes en particulier, les discussions ont permis de savoir que l'agriculture est au centre des alternatives. Mais il existe de nombreux challenges à relever.

C'est notamment la question des allocations budgétaires accordées par les institutions financières. « On constate que les crédits accordés pour les projets comme l'import-export sont loin devant le crédit pour l'agriculture », a-t-on appris. L'autre problème qui demeure dans nos pays, en milieu rural en particulier, c'est la gouvernance du foncier.

Selon Boubacar Seck, directeur exécutif du Conseil des Organisations Non Gouvernementales (Congad), « les femmes et les jeunes sont toujours marginalisés dans la répartition des terres. Les chiffres tournent autour de 18 % pour les femmes et presque nul pour les jeunes ». Alors il suggère que l'État revoie les textes pour que le droit des jeunes et des femmes au foncier soit pris en compte.


Jeudi 30 Janvier 2014 - 14:16




1.Posté par malijet le 30/01/2014 15:47
Hééé oui se sont eux le parent pauvres de ce monde.

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter