Joseph Koto: "La sortie de Cheikhou Kouyaté nous a déstabilisé"

Le sélectionneur des «Lions», a estimé que la sortie du défenseur central, Cheikhou Kouyaté a déstabilisé sa défense qui a encaissé deux buts en trois minutes (4-2). Joseph Koto, tout comme son capitaine, Papis Demba Cissé (voir ailleurs), n’ont pas non plus épargné l’arbitre de la rencontre, coupable, à leurs yeux d’avoir sifflé un penalty imaginaire contre le Sénégal.



Joseph Koto: "La sortie de Cheikhou Kouyaté nous a déstabilisé"
«On est toujours déçu quand on perdu un match. Mais, nous ne méritons pas de perdre parce que nous avons dirigé la rencontre à un certain moment. C’est une double confrontation. La Côte d’Ivoire a saisi sa chance et à nous de saisir la mienne.

Nous avions pourtant tenu le coup. Malheureusement à la fin de la seconde mi-temps, avec la blessure de Cheikhou Kouyaté qui a demandé à sortir, l’équipe a un peu déjoué, parce que nous avons trop attendu derrière. Face à la pression de l’adversaire qui voulait coûte que coûte marquer, nous avons manqué de sérénité.

La sortie de Cheikhou Kouyaté a déstabilisé ma défense qui était bien en place. Kader (Mangane), a manqué de rythme parce qu’en remplaçant ne peut pas être dans les mêmes conditions qu’un titulaire. Ça a un peu freiné la défense qui a trop attendu derrière. Ce, nonobstant nos cris pour faire sortir l’équipe. Ce qui explique les deux malheureux buts. Mais, on va se racheter.

En perspective du match retour, Joseph Koto soutient que l’équipe est largement à la portée du Sénégal. D’ailleurs, les joueurs l’ont prouvé. Nous avons scoré à deux reprises avant l’adversaire. Nous avons du potentiel. Ils ont marqué quatre buts en jouant à domicile. Je pense que nous pouvons en faire autant à Dakar. Toutefois, reconnait-il, «le 4ème but est mortel», mais ajoute-t-il, «il n’y a pas de soucis. Les joueurs sont conscients de ce qui reste à faire à Dakar. Nous pouvons nous qualifier si tout le monde y met du sien ».

Toutefois, l’arbitre y est pour beaucoup. Je ne pense qu’il y ait penalty. Le joueur (Gervinho, Ndlr) a plutôt plongé et l’arbitre a accordé un penalty. Or, quand on prend un but dans ces conditions, ça décourage un peu les joueurs.
Enfin, nous avons pris un malheureux 4ème but dont le tir a été dévié.

Pourtant, nous avons dit aux joueurs, dans le briefing de faire attention à l’arbitrage. Je suis désolé de le dire mais en Afrique, le plus souvent, c’est l’arbitrage-maison. On s’était préparé à tout ça. Seulement, quand un arbitre veut siffler un penalty, on n’y peut rien».
Abdoulaye Thiam (Sud quotidien)


Lundi 10 Septembre 2012 - 08:18



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter