Journée de l'enfant africain: La nécessité de mettre fin au mariage forcé des enfants à travers l'Afrique de l'Ouest

Ce 16 Juin 2015, la 25e Journée de l'enfant africain aura pour thème principal le mariage forcé et sera célébrée à Soweto en Afrique du Sud. Ce thème est d’une brulante actualité car selon l'Organisation centrée sur les enfants, Plan International, « le mariage des enfants est une barrière à la réalisation de 6 sur les 8 Objectifs du Millénaire pour le Développement (ODM) déclarés il y a 15 ans à New York ». Pour marquer cette journée, des groupes de jeunes à travers l'Afrique de l'Ouest se réuniront avec leurs parlementaires et d'autres décideurs pour discuter des efforts de leurs gouvernements pour mettre fin à la pratique.



Journée de l'enfant africain: La nécessité de mettre fin au mariage forcé des enfants à travers l'Afrique de l'Ouest
La situation est inquiétante comme l’expliquent ces chiffres tirés du communiqué de Plan International. « En 2011, selon un rapport de la Fondation Ford,  42% des filles en Afrique de l'Ouest ont été mariées avant l’âge de 18 ans, avec des taux assez élevés dans certains pays. On note 75% au Niger, environ 63%  en Guinée, 55% au Mali et 52% au Burkina Faso ». Même si « ces dernières années, des évènements et campagnes à échelle internationale tels que l’adoption de la résolution des Nations Unies contre le mariage forcé, ou encore la compagne contre cette pratique initiée par l’Union Africaine ont contribué à créer un élan et une volonté des acteurs de développement et des décideurs à mettre fin au mariage forcé ».

Pour Mr Adama Coulibaly, Directeur Régional de Plan International pour l’Afrique de l’Ouest, « le cadre stratégique pour l’après 2015, prendra de manière explicite l’élimination du mariage forcé, ce qui montre que c’est un problème réel et devrait être une priorité pour les gouvernements et aussi les partenaires. Nous allons continuer nos efforts pour mettre fin à cette pratique néfaste pour nos enfants ».

Plan International avec sa campagne «Parce que je suis une fille » appelle à la scolarisation des filles pendant au moins 9 ans. L’éducation est la voie pour une vie meilleure, et elle est souvent stoppée par le mariage précoce. L’éducation ferait de la fille une meilleure mère et épouse, et lui permettrait également de trouver un emploi décent qui profiterait à elle et à sa famille. Une fille instruite peut gagner sa place dans la société et être une force de changement.

 Lien vidéo témoignage de filles données en mariage forcé https://www.youtube.com/watch?v=TWWyQUXNNl0&feature=youtu.be

Matar Séne

Lundi 15 Juin 2015 - 15:00



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter