Jours de vérité à la CREI : l’ancien ministre du Budget Ibrahima Sarr cuisiné, Bibo Bourgi, Pape Mamadou Pouye et Karim programmés

Coups d’accélération dans le dossier Karim dans le cadre de la traque des biens dits mal acquis. Après avoir confondu Pape Mamadou Pouye et Coumba Diagne, actionnaire sur le papier de Daport, Pape Abdou Diassé à Madeleine, un des « prête-noms » sur le montage d’ABS et entendu Pierre Abogba, Président du Conseil d’Administration (PCA) de AHS, pas moins de trois convocations sont au menu de cette semaine. Ibrahima Khalil dit Bibo Bourgi sera entendu pas plus tard que ce lundi matin par la Commission d’Instruction (CI) de la Cour de Répression de l’Enrichissement Illicite (CREI). Demain mardi, ce sera le tour de Pape Mamadou Pouye qui sera de nouveau entendu. Et le 3 avril, ce sera le tour du plus célèbre prisonnier de la Maison d’Arrêt et de Correction (MAC) de Rebeuss. Tout pour permettre au juge Cheikh Tidiane Beye et Cie d’enfin boucler le dossier.



Le dossier Karim Wade en phase terminale. Les magistrats ont fini d’appuyer sur l’accélérateur. En effet, après les auditions en date de la semaine dernière notamment de Pape Abdou Diassé et  Pierre Abogba confrontés à deux « prête-noms » notamment  Coumba Diagne et Madeleine et à l’issue desquelles auditions Pape Abdou Diassé a piqué une crise, les confrontations se poursuivent cette semaine. Et c’est Bibo Bourgi qui ouvre le bal ce lundi. Il sera suivi demain mardi par Pape Mamadou Pouye, tous deux parmi les présumés complices mis sous mandat de dépôt le 17 avril dernier dans le cadre de la traque des biens dits mal acquis en même temps que le fils du président sortant Wade, Karim programmé pour sa part ce jeudi 3 avril 2014.


Il s’agit pour les magistrats qui sont passés à la vitesse supérieure de boucler le dossier pendant depuis bientôt un an. Le trio assure le journal « libération » devrait être confrontés aux différentes déclarations servis lors des dernières auditions. Du coup, il ne restera plus aux juges de la CI que de solliciter le réquisitoire du Parquet spécial en renvoyant le dossier devant la CREI ou tout simplement blanchir Wade-fils et Cie.


Ce, au moment où d’une part, poursuit la source, en dehors d’Abdoulaye  Diop, ancien ministre des Finances sous Wade et Mamadou Seck, un autre ministre a été discrètement entendu. Il s’agit de l’ancien ministre du Budget, Ibrahima Sarr cuisiné comme témoin par rapport à l’attribution d’un terrain à Eden Rock. Et d’autre part, les juges ont pu recevoir les informations capitales de Paris mais aussi du Luxembourg où les deux membres de la CI, Abdoul Aziz Seck et Abdoulaye Diagne ont été dépêchés en mission pour débusquer la fortune de Karim qui ne serait pas si colossale que ça.
Affaire à suivre. 


Lundi 31 Mars 2014 - 11:17



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter