Jules François Bocandé: Le « lion » n’est pas mort, il dort

Deux ans déjà que l’ancien attaquant de l’équipe nationale du Sénégal est décédé. Un homme au parcours exceptionnel.



Jules François Bocandé: Le « lion » n’est pas mort, il dort
7 Mai 2012. Un « lion » s’en est allé. L’annonce a été tel un coup de massue pour tous ceux qui l’ont connu, côtoyé ou simplement admiré. En effet, voilà deux (2) ans jour pour jour que  Jules François Bocandé, «  Essamaye », comme l’appelaient affectueusement les supporters du Casa Sports, son club de cœur, est parti. L’ancien attaquant de l’équipe nationale du Sénégal était un homme exceptionnel. Un patriote et gagneur dans l’âme qui ne laissait personne indifférent. Encore moins son style original en l’occurrence ses  « dreads lock » qui le distinguait sur le terrain et lui donnait cette présence si particulière qui ne pouvait que susciter admiration. Ni ses frasques dont le célèbre croche- pied fait à l’arbitre lors d’une finale de coupe du Sénégal contre la Jeanne d’Arc de Dakar qui lui a valu une suspension à vie au Sénégal.


Né le 25 Novembre 1958 à Ziguinchor, une ville d’ailleurs à laquelle il est toujours resté attacher, Jules François Bocandé est décédé à l’âge  de 54 ans. Il débute sa carrière de footballeur à l’Entente de Ziguinchor en 1976 avant de rejoindre la  même année le Casa Sports. Club dans lequel il évolue jusqu’en 1980 remportant au passage la coupe du Sénégal de 1979 contre le Jaraaf de Dakar (2-0).
En 1980, il s’exile en Europe, en Belgique plus précisément. Un pays à partir duquel son talent incontestable éclaboussera  toute  l’Europe. Du Fc Metz, avec lequel il dispute 70 matches pour autant de titularisations entre 1984 et 1986 et inscrit 36 buts, en passant par le Paris Saint germain, Lens et Nice avant de retourner en Belgique, « Essamaye » a mis l’Europe à ses pieds. Bocandé a par ailleurs été meilleur buteur du championnat de France avec les « grenats » en 1986 (23 buts).


Sa carrière footballeur terminé, il revient au bercail pour mettre son expérience au service de son pays. L’équipe  nationale du Sénégal lui est alors confiée avec son ami et ancien coéquipier Boubacar Sarr « Locotte ».  Ils amènent celle-ci  jusqu’en quarts de finale de la Can 1994. Bocandé  restera cependant  dans l’encadrement  et participera à toutes les grandes conquêtes dont les fameuses Can et Mondial 2002 au cours desquels le Sénégal a été respectivement sorti en finale par le Cameroun et la Turquie en quarts de finale. Le « lion » du casa a été emporté par un Accident Vasculaire Cérébral (AVC). Le centre  technique de Toubabou Dialo porte son nom. Un bel hommage pour un homme qui a tout donné à son pays.


Mercredi 7 Mai 2014 - 15:47



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter