Kaolack - Mariages homosexuels en plein Gamou : 11 prétendants arrêtés, 39 recherchés

Une cinquantaine d’homosexuels se sont réunis au Lycée Ibrahima Diouf de Kaolack. Ce, au moment où la communauté musulmane était encore dans les ferveurs de la célébration de la naissance du Prophète et que les Chrétiens du monde se préparent à fêter Noël (naissance du Christ). Ils ont été surpris vers trois (3) heures du matin par les éléments de la Brigade de recherche du commissariat central de Kaolack, les prétendants dont onze (11) ont été interpellés et trente-neuf (39) recherchés, ne sont pas parvenus à leurs fins. Un professeur, des étudiants et élèves sont cités dans cette affaire.



Kaolack - Mariages homosexuels en plein Gamou : 11 prétendants arrêtés, 39 recherchés
Un groupe de plusieurs homosexuels qui voulaient célébrer leurs mariages à Kaolack a été démasqué par les éléments de la police. Ce sont ceux de la Brigade de recherches du commissariat central qui les ont pris en flagrant délit de mariages collectifs contre nature. Les homosexuels avaient convié les prétendants à une séance publique d’unions pour que chacun sache désormais qu’untel est la « femme » d’untel et que chaque marié est tenu de se plier au devoir de fidélité. Au Lycée Ibrahima Diouf, ce sont des mariages entre homosexuels qui allaient être scellés dans la nuit du jeudi au vendredi 25 décembre 2015. Et pour la cérémonie, les prétendants n’ont pas lésiné sur les moyens. Ceux dont les oncles ne sont pas venus, ont vu leurs tantes honorer de leur présence à leurs mariages, les invités ont donc débarquer avec des valises bourrées de cadeaux et des sacs remplis de chemises blanches, des pantalons, des robes de mariées, des bagues, des préservatifs et autres lubrifiants.
 
Alors que la fête battait son plein et que les unions étaient en train d’être scellées, la police, informée de l’événement, débarque. Tous prennent leurs jambes à leur cou pour ne pas se laisser prendre mais cela n’a pas empêché à onze (11) d’entre les prétendants d’être pris dans les filets de la police. Les autres sont activement recherchés, indique « La Tribune ». Réprimé au Sénégal, tout acte impudique ou contre nature avec un individu de son sexe est qualifié de pratique homosexuelle punie par l’article 319 du Code pénal sénégalais qui prévoit un emprisonnement d’un à cinq ans de prison et une amende de 100.000 à 1.500.000 F CFA. Ce mariage de gays à Kaolack rappelle celui de Mbao qui avait entraîné l’arrestation et l’emprisonnement d’homosexuels. 


Samedi 26 Décembre 2015 - 09:15



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter