Karim Wade boude les questions des magistrats de la CREI et dénonce une "parodie de justice"

Karim Wade n’a répondu à aucune question des magistrats de la Cour de Répression de l’Enrichissement Illicite (CREI). Il s’est appliqué la loi du silence dans les locaux de cette juridiction. Toutefois, il a tenu à s’adresser aux populations pour dénoncer «une parodie de justice». Le fils d’Abdoulaye Wade se considère toujours comme un «détenu politique» et met à nu les «failles des procédures» enclenchées contre lui.



Karim Wade boude les questions des magistrats de la CREI et dénonce une "parodie de justice"
«Je ne réponds donc à aucune de vos questions, et ne peux participer à une parodie de justice», a fait comprendre aux magistrats de la CREI Karim Wade. C’est à travers une déclaration reçue à PressAfrik peu avant la diffusion du message de Macky Sall que l’ancien ministre des Infrastructures, de la Coopération Internationale, des Transports aériens et de l’Energie l’a signalé.
 
Dans cette note, il a déclaré sans ambages : «je ne peux pas collaborer à la violation de mes droits et de mes droits de l’homme consacrés par la loi, les traités/conventions internationales ratifiés par le Sénégal, et une décision de justice notamment la Cour de Justice de la CEDEAO. Vous êtes radicalement incompétents car vous n’êtes pas mes juges. Je relève de la Haute Cour de Justice».
 
Il se dit être convaincu d’être devant une «juridiction politique qui ne garantit aucun droit à un procès juste et équitable» et estime qu’il est un «otage politique» des nouvelles autorités sénégalaises. Il se considère tout simplement comme un «détenu politique».
 
Karim Wade de développer : «sur la première inculpation, la Commission d’Instruction avait l’obligation au bout de six (06) mois de rendre un arrêt de non-lieu ou de saisir la juridiction de jugement, de sorte que le fait de m’interroger douze (12) mois après est une illégalité manifeste». Pour ce qui est de la seconde inculpation, a-t-il poursuivi, «nous sommes encore à l’expiration du délai de six (06) mois imparti à la Commission d’Instruction, sans qu’aucun acte d’instruction n’ait été posé, ce qui prouve que ce n’était qu’une manœuvre pour prolonger ma détention et me maintenir en otage».
 
Le fils de l’ancien président de la République a, en outre, relevé : «alors que mes avocats consultent le dossier tous les jours depuis un (01) an, c’est la presse qui annonce ma convocation et mon prochain renvoi devant le Tribunal pour un jugement qui me condamnera à une peine d’emprisonnement pour m’empêcher de me présenter à la prochaine élection présidentielle».
 
Et de faire constater : «après toutes ces enquêtes menées depuis deux (02) ans, vous n’avez à ce jour, aucune preuve ou charge contre moi».
 
En réalité, a martelé l’ancien patron de la Génération du concret, «vous n’aviez jamais eu l’intention d’instruire sur la seconde inculpation et pour preuve, mes avocats découvrent à l’instant sur l’audience, que les deux (02) procédures ont été jointes par une ordonnance qui nous a été notifiée il y a seulement cinq (05) minutes».


Jeudi 3 Avril 2014 - 23:12




1.Posté par BONKOBA dite BAMBIBA le 05/04/2014 12:31
Salut
Tous les camarades libéraux qui se disent ami de Karim Wade, voudraient le voir libre.L'humanisme ns empêche de rire du malheur des autres;surtout quand l'on sait que l'existence est semée de surprise.Seulement quand l'on dit respecter et aimer son leader l'on doit le conseiller le bon comportement.Quand l'on a pas ce que l'on veut l'on se contente de ce l'on a.L'idéale humaine est de vivre dans une société juste où tout se passe dans la transparence,seulement les jeux d'intérêts ne sauraient souffrir d'une vrai justice,elle n'existe nulle part dans le monde.Monsieur Karim Wade voudrait se faire juger par la haute cour qui par ricochet reconnait la CREI, le bon sens le dicte d'accepter cette cellule de justice.L'essentiel c'est de savoir se défendre...Les lois ont été créées par les humains pour les humains et non pour les détruire,donc Monsieur à tous les moyens de se défendre, surtout qu'il a derrière lui toute une armada d'avocats, en plus de ces citoyens et citoyennes qui veulent le voir libre.Ces derniers constituent son vrai rempart.Eh bien si Monsieur Karim Wade est devant la justice au nom de faire justice au peuple, aujourd'hui la majorité du peuple sympathise avec lui.C'est comme si , ils vous disent libérer ce GARçON nous le pardonnons.
S'il s’avère qu'il a fauté, une fraction souveraine le pardonne...Le Garder en prison c'est augmenter son aura sans le savoir...
BONKOBA dite BAMBIBA, tél 773055545 Thiés Sénégal.

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter