Karim en prison, l’ancien président Wade travaille son fils adoptif, Idy pour "couler" le président Macky Sall

Il l’a nié pas plus tard que la semaine dernière. Mais, c’est devenu un secret de polichinelle. Idrissa Seck a belle et bien rencontré son ancien mentor et président sortant, Me Abdoulaye Wade, à Paris. Son fils Karim détenu à Rebeuss, le père se rapproche du fils adoptif qui, selon ses propres dires, est le «seul capable d’affaiblir le régime de Macky Sall». La mère et ancienne première dame, Viviane Wade se dit prête, "à perdre jusqu'à son alliance pour couler le président Macky Sall".



Karim en prison, l’ancien président Wade travaille son fils adoptif, Idy pour "couler" le président Macky Sall

Après la mise sous mandat de dépôt de son fils Karim dans le cadre de la traque des biens mal acquis, Abdoulaye Wade avait appelé ses militants du Parti Démocratique Sénégalais (PDS) à assiéger les rues de Dakar, tous les mercredis. Loin d’avoir dit son dernier mot, il est en train de peaufiner une autre carte maîtresse qui consiste à se rapprocher de son fils adoptif, directeur de campagne et non moins premier ministre, Idrissa Seck, «le seul qui peut affaiblir le régime de Macky Sall», selon l’ancien président.

La rencontre s’étant tenue dans une résidence d’un des amis parisiens de Wade-père, le pacte est de «rendre le pays ingouvernable» et de «faire du règne de Macky Sall un véritable cauchemar», en vue d’«extraire Karim de prison». Pour cela, l’ancien président a mis toute sa fortune à la disposition du rebelle de la coalition Benno Bokk Yaakaar et leader de Rewmi. Bien présente à la rencontre, l’ancienne première dame, Viviane Wade s’est dite prête, quant à elle, à «perdre jusqu’à son alliance pour l’aider à couler leur successeur au pouvoir, Macky Sall», sur les colonnes du journal, «L’Observateur»

Cerné de toutes parts par la cherté de la vie, les délestages, le chômage des jeunes, la grogne des étudiants…entre autres problèmes, le président Macky Sall a bien du souci à se faire.



Mardi 30 Avril 2013 - 11:57




1.Posté par oula le 30/04/2013 12:23
Les grands bandits se retrouvent....après avoir perdu toutes leurs griffes et toutes leurs dents !!! Idy ne changera jamais, toujours à trahir....

2.Posté par Doudou SARR le 01/05/2013 19:07
drissa manigancer avec Wade ? Intoxication quand tu nous tiens !!!!
Même les esprits non avertis ne pourront croire à cela. Idy est clair dans ses actes politiques qu'il peaufine et pose avec intelligence. Prêtons-lui quand même le sérieux et la rigueur qu'il a démontrés pendant son magistère. Après avoir connu toutes les disgrâces et déboires politiques par le fait de son amour incommensurable à Wade le non moins Maire de Thiès a belle et bien démontré lors des deuxième tours des présidentielles de 2012 qu'il a irrévocablement et définitivement inscrit la page Wade dans le registre du passé révolu. Même réveillé au plus profond des ses activités oniriques Abdoulaye Wade sait qu'il est impossible à Idrissa de tendre la perche à Karim pour l'extirper du gouffre. N'oublions pas que Wade a fait tenir dans les liens de la détention pendant sept longs et durs mois. Bien qu'ayant pardonné en bon musulman, Idy a en souvenance les atrocités qu'il a endurées dans son âme, une famille contraint à l'exil, des amis persécutés violentés, des proches ayant subi la douloureuse " déseckisation" dans l'administration. Pensés par Wade tous ces actes machiavéliques ont été exécutés de mains de maître par Macky Sall.
Il est clair qu’une affirmation aussi saugrenue que mensongère émane d'une certaine presse l'OBS en l'occurrence est un article commanditée comme il est d'usage pour calomnier Idrissa et tenter son désaveu par le peuple. Au demeurant, cela nous conforte davantage sur l'espoir que nous portons sur un homme qui a osé cracher sur les sinécures et privilèges tendu par Macky pour se ranger du coté d'un peuple martyr face à la rudesse des moyens de survie face à une YONOU YOKOUTE subitement devenu YONOU TOROKHTANGUé ; La campagne électorale flamboyante basée sur le triptyque baisse des prix du carburant, règlement du problème de l'électricité et création de 100 000 emplois par an retentit encore dans l'esprit des concitoyens désemparés et impuissants face au renchérissement des denrées de premières nécessités. La sortie du Premier ministre pour affirmer l'incapacité à soulager la souffrance des ménages par la baisse des prix corrobore un aveu d'impuissance et une manque d'ingéniosité de son gouvernement Idrissa avait prévenu les sénégalais non sans avoir raison que ce n’est pas un banquier fut-il ingénieux qui va booster l'économie du pays. La finance publique ne s’improvise pas, sa connaissance s’acquiert dans la pratique dans les hautes sphères de l’Etat. Dans ce contexte de mal vivre généralisé et quasi endémique, Idrissa a eu un choix courageux qu'on lui reconnait d'être la caisse de résonnance de la clameur populaire pour affirmer que rien ne marche, et que le sentier ou YOONE en Wolof emprunté par Macky Sall et son gouvernement nous même vers l'agonie.

Doudou Sarr
Doud_sarr@hotmail.fr

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter