Kenya: l'alcool ayant tué 80 personnes était du méthanol parfois pur



Kenya: l'alcool ayant tué 80 personnes était du méthanol parfois pur

Le breuvage ayant tué 80 personnes depuis lundi au Kenya était du méthanol fortement concentré, parfois pur, un alcool toxique, et qui était produit par une entreprise opérant légalement, a annoncé jeudi le ministère de la Santé.

"Nous avons testé des échantillons de quelques bouteilles saisies dans les points de vente d'Embu et Makueni (...) nous avons trouvé un fort pourcentage de méthanol (...) c'était 70% à Embu et 100% à Makueni", respectivement à 130 km au nord-est et 180 km au sud-est de Nairobi, a déclaré le ministre de la Santé James Macharia.

"Le pourcentage de méthanol dans l'alcool (...) devrait être de zéro", selon la loi kényane, a-t-il rappelé.

Le Centre national de gestion des catastrophes (NDOC) avait évoqué mercredi un bilan de plus de 80 morts depuis lundi, le ministère de l'Intérieur indiquant que plus de 180 personnes restaient hospitalisées.

Deux marques, commercialisées par l'entreprise Comrades Investments, enregistrée légalement au Kenya, sont en cause, selon le ministère de la Santé qui a annoncé dans un communiqué la "fermeture" de l'entreprise.

Ces intoxications mortelles ont été recensées depuis lundi matin dans divers cantons au nord, à l'est et au sud-est de Nairobi, séparés d'une centaine de kilomètres l'un de l'autre. Outre les cantons d'Embu et de Makueni, des victimes ont été enregistrées dans ceux de Kiambu, à une quinzaine de kilomètres au nord de Nairobi et de Kitui, à 180 km à l'est de la capitale, selon le NDOC.

Le méthanol est un alcool très toxique, parfois issu de la fermentation, mais surtout synthétisé de façon industrielle pour être utilisé notamment comme solvant dans les peintures et vernis ou comme antigel. Son absorption peut entraîner la cécité, le coma ou la mort.

Les alcools frelatés au méthanol ont déjà fait de nombreux morts dans le pays. En 2005, 51 personnes étaient mortes dans le sud-ouest du Kenya, après avoir consommé une boisson composée à près de 95% de méthanol, le reste étant de l'eau.

En 2000, au moins 134 personnes avaient succombé, parfois en moins de deux heures, à la consommation d'un alcool frelaté, également à base de méthanol, vendu dans les bidonvilles de Nairobi. Plus de 500 personnes avaient été hospitalisées dont une vingtaine avaient perdu irrémédiablement la vue.


slateafrique

Vendredi 9 Mai 2014 - 00:05



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter