Kenya: nouvelle attaque dans la zone de Mandera

Au Kenya, nouvelle attaque dans la zone de Mandera au nord du pays à la frontière avec la Somalie, dix jours après l’attaque d’un bus. Il y aurait 36 personnes exécutées selon la Croix-Rouge kényane.



Combattants shebabs lors d'un entraînement militaire. AFP/TOPSHOTS/STRINGER
Combattants shebabs lors d'un entraînement militaire. AFP/TOPSHOTS/STRINGER

L’attaque a eu lieu dans la nuit du 1er au 2 décembre à une quinzaine de kilomètres de Mandera à Koromey, tout près d’Arabyia où 28 passagers d’un bus ont été exécutés il y a dix jours. Cette fois, les assaillants s’en sont pris à des ouvriers qui extraient des pierres toute la journée dans une carrière pour les entreprises de construction. Ils dormaient dans leurs tentes sur un site où il n’y a pas d’électricité.

Généralement, ces employés appartiennent aux ethnies kikuyu, kamba, luo ou luhya, et sont en majorité chrétiens. Une nouvelle preuve que les attaquants connaissent la zone comme leur poche et qu’ils ont identifié les lieux fréquentés par les communautés allogènes. Un communiqué de la présidence kényane précise que les rares survivants ont évoqué une vingtaine de terroristes.

Tués d'une balle dans la tête

Il semblerait que, comme pour la précédente attaque, ils aient d’abord identifié les musulmans afin de les épargner. Pour la plupart, les victimes ont été tuées d’une balle dans la tête. Les corps, selon le président de la Croix-Rouge Abbas Gullet qui se trouve sur place, ont été rapatriés à la base militaire de Mandera vers 9 h 30 (heure locale) pour être évacués par voie aérienne.

Ce massacre survient alors que ces derniers jours, le gouvernement a été fortement critiqué pour son incapacité à faire face à la menace terroriste. Depuis des mois, les appels se multiplient pour demander la démission du ministre de l’Intérieur et du chef de la police.


Rfi.fr

Mardi 2 Décembre 2014 - 10:44



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter