L’Afrique du Sud s’inquiète de la situation explosive au Lesotho

Au Lesotho, le climat sécuritaire s’est fortement dégradé ces dernières semaines. Le pays a été victime d’une tentative de coup d’Etat l’année dernière et les élections anticipées, organisées en début d’année par la SADC, l’organisation régionale, n’ont rien changé.



Au Lesotho, le climat sécuritaire s’est fortement détérioré en juin 2015. AFP PHOTO/HLOMPHO LETSIELO
Au Lesotho, le climat sécuritaire s’est fortement détérioré en juin 2015. AFP PHOTO/HLOMPHO LETSIELO

En une semaine, la situation s’est fortement détériorée au Lesotho. Jeudi dernier, l’ancien chef de l’armée, le général Mahao, a été assassiné. Dans la foulée, l’ancien Premier ministre, Thomas Thabane, a fui le pays, ainsi que plusieurs leaders de l’opposition.

L’opposition accuse l’actuel chef d’état-major, le général Kamoli, d’être derrière cet assassinat. Pour Thesele Maseribane, leader d’un parti d’opposition, le général Kamoli est en train de purger l’armée. « Les forces de défense du Lesotho sont un problème et notamment le général Kamoli, qui est accusé d’avoir commis des crimes alors qu’il était chef d’état major. Aujourd’hui il est à ce poste pour la deuxième fois et il est a nouveau coupable de crime. C’est sous ses ordres que le général Mahao a été assassiné », assène-t-il

Coté gouvernement, le ministre de la Défense affirme que l’ancien chef de l’armée a été tué lors d’une opération contre des mutins. En tout cas, l’Afrique du Sud a à nouveau dépêché son vice-président, médiateur dans cette crise pour tenter d’obtenir du gouvernement qu’il respecte ses engagements, à savoir la mise à l’écart du général Kamoli. En effet, la politisation de l’armée et de la police se trouvent au centre de la crise.


Rfi.fr

Jeudi 2 Juillet 2015 - 08:04



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter