L'Afrique du Sud va se doter d'une nouvelle loi foncière

L'Afrique du Sud est en passe de se doter d'une nouvelle loi foncière qui doit encore être présentée au Conseil des ministres puis soumise à l'examen du Parlement. La présidence sud-africaine a donné samedi plus de précision sur ces nouvelles mesures



Comme ici, dans la région de Qunu, la nouvelle loi va permettre de garantir la sécurité alimentaire et palier l'injustice foncière de colonialisme et d'apartheid. AFP PHOTO/Carl de Souza
Comme ici, dans la région de Qunu, la nouvelle loi va permettre de garantir la sécurité alimentaire et palier l'injustice foncière de colonialisme et d'apartheid. AFP PHOTO/Carl de Souza

La nouvelle loi sur le foncier s'articulera autour de deux grands axes. Elle prévoir d'abord de limiter la propriété à 12 000 hectares maximum par personne. « Si quelqu'un dépasse cette limite, l'Etat pourra racheter et redistribuer l'excédant de terre ».

D'autre part, le gouvernement entend empêcher les étrangers d'investir dans le foncier en Afrique du Sud. Ils seront seulement autorisés à louer les terres, pour une période allant de 30 à 50 ans.

Les nouvelles mesures ne seront pas rétroactives, mais les étrangers propriétaires de terrains jugés « stratégiques » pour l'agriculture ou le développement socio-économique pourraient être contraints de les céder à un citoyen sud-africain.

Cette annonce soulève déjà des critiques, car s'il est vrai que les agriculteurs sud-africains blancs cultivent toujours la grande majorité des terres, l es étrangers, eux, ne possèdent que 5 à 7% du foncier sud-africain. Les professionnels du secteur mettent donc en garde contre un projet de loi qui vise les mauvaises personnes selon eux et qui risque d'inquiéter les investisseurs étrangers.


Rfi.fr

Dimanche 15 Février 2015 - 10:44



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter