L'Afrique sous la vague Happy de Pharrell Williams, le Sénégal pas en reste

Il semble bien que le phénomène ne s'arrête pas de sitôt.



L'Afrique sous la vague Happy de Pharrell Williams, le Sénégal pas en reste

Depuis sa sortie à la fin 2013, le titre Happy du chanteur américain Pharrell Williams  n’est plus seulement un tube. C’est un véritable phénomène qui touche le monde entier. Happy est une véritable hymne à la joie et presque partout, le clip de la star est revisité aux couleurs et aux ambiances locales du pays ou de la ville.

L'Afrique n’est pas en reste, bien évidemment. Les initiatives se succèdent. De Yaoundé à Khartoum, d’Alger à Lusaka ou encore de Dakar à Tananarive, l’on observe un engouement pour ce titre qui permet de chanter (et de danser) la joie de vivre des populations, malgré les images désespérantes que les médias s’entêtent à mettre en avant.

En clair, de très nombreux fans ont filmé leur prestation et les ont diffusés sur le site de partage de vidéos YouTube. Le 13 avril, Pharrell Williams n’a d’ailleurs pas pu cacher son émotion face à un tel enthousiasme. Il a fondu en larmes  sur le plateau d’Oprah Winfrey, en regardant quelques vidéos réalisées à travers le monde.

Au départ, le clip de Pharrell Williams a été enregistré à Los Angeles. Il est d’une durée de 24 heures, histoire d’encourager à vivre heureux toute la journée. Le phénomène suscité par ce tube a valu à l’artiste d’être désigné parrain de la Journée mondiale du bonheur.

Slate Afrique


slateafrique

Dimanche 4 Mai 2014 - 12:28



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter