L’Artp bloquerait 100 millions de la ligne de crédit d’un projet de l’Odsent



L’Artp bloquerait 100 millions de la ligne de crédit d’un projet de l’Odsent
La réduction de la fracture numérique est l’un des points saillants des politiques africaines. L’accès à l’internet est plus que nécessaire pour le développement des sociétés d’informations. Et c’est ce qu’ont compris les membres de l’organisation des distributeurs de services numériques et de télécommunications (Odsent). Ces anciens exploitants de télécentres doivent procéder au repositionnement des télécentres et cybercafés. A cet effet, ils ont monté un projet de netservices présenté ce matin aux journalistes lors d’un point de presse tenu à la maison des travailleurs Iba Ndiaye Diadji.

La phase pilote de ce projet concerne cinquante netservices répartis à travers le Sénégal. Cent emplois suivront selon Bassirou Cissé président de l’Odsent avec un minimum de deux emplois crées dans chaque netservices. Bassirou et cie avaient jadis beaucoup gagné avec le monopole des télécentres. « Il y a parmi nous des gens qui faisaient entre cinq cent mille Frs Cfa et deux millions de Frs Cfa par mois avec les télécentres » affirme M. Cissé. Il ajoute, en outre, « mais avec ces netservices on gagnera plus, je vous assure que ce projet c’est de l’or, c’est mieux que les télécentres».

Divers services seront offerts dans ces points de proximité aux populations. Ainsi, les différents services proposés par l’agence de l’informatique de l’Etat (Adie) peuvent être exploités. Pour se faire, un partenariat est déjà signé avec la structure ciblée. Les populations pourront si le projet se concrétise avoir des extraits de naissance ou télécharger des formulaires de pièces administratives. Les services internet, e-learning, bureautiques, monétiques, paiement de factures d’entreprise et assurance véhicules. Ses services seront rendus moyennant une somme.

Cependant après montage du projet et discussions avec ses partenaires que sont, en plus Adie, Microsoft, Artp, des établissements bancaires et fournisseurs, l’ambitieux projet de l’Odsent peine toujours à se concrétiser. Monter depuis deux ans, ce projet requiert à la base un financement estimé à cent millions pour une ligne de crédit d’équipements. L’Artp avait promis sous le magistère de Daniel Goumbalo Seck de mettre à la disposition de l’Odsent ladite somme. « On a fait l’essentiel pour rentrer dans ses fonds en vain » indique Badara Cissé. Suite aux négociations sans succès, une marche et un sit-in devant les locaux de l’Artp se sont tenus. Rien n’y fait. La situation reste la même. Le préfet de Dakar entre alors dans la danse et proposes ses bons offices. Rien n’y fait non plus. Depuis mars un seul pas n’a été fait. « Ndongo Diaw refuse de débloquer d’équipements les fonds promis pour une ligne de crédit d’équipement, contrairement aux vœux de son prédécesseur pour la mise en place des Netservices », lit-t-on dans une déclaration que l’Odsent a rendu publique. Et sans cette ligne de crédit les banques ne peuvent pas débloquer le crédit nécessaire devant constituer le fonds de roulement. La somme requise n’est pas avancée, les porteurs du projet préfèrent le garder secret.

En outre, le refus de Ndongo Diaw de mette l’argent à la disposition de l’Odsent relèverait d’une mauvaise foi de ce dernier qui en fait règle des comptes personnels avec cette organisation. « C’est parce que notre organisation a condamné publiquement et sans ambages les micmacs injustes de M. Ndongo Diaw, directeur général de l’Artp, d’avoir tenté d’acheter un siège pour l’Artp pour 5 milliards (. . .) d’une part et d’avoir signé des contrats suspects avec les promoteurs de lutte et les média avec les supposés excédents budgétaires d’autre part », informe Badara Cissé. Fort convaincu qu’avec ou sans l’Artp ce projet verra le jour, Badara Cissé et ses congénères ne sont pas gênés pour mettre en place un second plan d’action. Celui-ci reste pour le moment secret et sera rendu public le moment venu, nous dit on.


Bigué BOB

Mercredi 8 Septembre 2010 - 02:01



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter