L’Atlético accuse, "le Barça est protégé" par les arbitres

Furieux contre l’arbitrage de M. Brych en général et l’expulsion de Fernando Torres dès la 35e minute en particulier, les joueurs de l’Atlético ont crié au scandale à l’issue de la rencontre perdue mardi face au Barça (2-1).



Les deux cartons jaunes infligés par M. Byrch à Fernando Torres pour ses deux fautes stupides, coup sur coup (28e, 35e), au niveau du rond central auront évidemment constitué le tournant due ce quart de finale aller de la Ligue des champions. Alors que ce même Torres avait parfaitement lancé la soirée en ouvrant la marque dès la 20e minute de jeu, l’Atlético en était quitte pour se retrancher devant son but et essayer de tenir au maximum. La défense madrilène a d’ailleurs un temps résisté, mais Luis Suarez a trouvé la faille à deux reprises et permis au Barça de renverser la situation sur sa pelouse du Camp Nou (2-1). Pour une septième victoire consécutive face à l'Atlético, toutes compétitions confondues. Une grande première dans l'histoire des confrontations entres les deux clubs.

Un scénario qui ne pouvait qu’aviver les regrets des Madrilènes. Et si Yannick Ferreira-Carrasco s’est montré particulièrement mesuré à l’issue de la rencontre, assurant n’en vouloir "ni à l’arbitre, ni à Fernando Torres", les joueurs de Diego Simeone ont eu bien du mal à cacher leur rancœur vis-à-vis de l’arbitre de la rencontre, qui aura notamment infligé 8 cartons jaunes pour 16 fautes madrilènes, mais seulement 3 avertissements pour 19 fautes barcelonaises. Alors que l’entraîneur madrilène parvenait, lui aussi, à se contenir en expliquant "ne pas pouvoir tout dire" et "surveiller consciencieusement ses propos sur  l’arbitrage", Filipe Luis ou Fernando Torres n’ont pas eu la même retenue.
 Je ne sais pas ce qu’il faut faire pour que les joueurs du Barça soient expulsés. 
Felipe Luis
"Je crois que le Barça est protégé, a ainsi lancé le défenseur brésilien au micro de la chaîne de télévision espagnole Mega. Nous, nous sommes systématiquement pénalisés avec la plus grande rigueur et cela fait très mal. On voit qu'il y a une peur de voir le Barça éliminé. Cela nuit à l'Uefa. Ces deux cartons jaunes réduisent à néant le travail de toute la semaine." Et Filipe Luis d’enchaîner, rappelant qu’il avait lui-même été renvoyé aux vestiaires face à ce même Barça il y a quelques semaines. "Moi, j’ai été expulsé et crucifié de manière justifiée pour un coup de pied à Messi, mais je ne sais pas ce qu’il faut faire pour que leurs joueurs soient expulsés comme les nôtres. Cela fait vraiment mal, le vestiaire est anéanti. C'est difficile de nager à contre-courant."
Un avis partagé par le premier responsable de cette polémique, Fernando Torres. "C’est une action qui peut être sanctionnée d’un carton jaune, mais qui peut ne pas l’être aussi. Mais nous, on nous traite d’une manière différente et c’est dommage, a ainsi pesté l’ancien joueur de Chelsea. C’est également dommage que l’UEefa soit plus préoccupée à changer les maillots du match que de mettre un arbitre à la hauteur en Ligue des Champions."
Conscient de la virulence de ses propos, Filipe Luis a tenu à adoucir son discours devant les radios. "J’ai eu le temps de me rafraîchir les idées. J’ai parlé à chaud, mais tout de même, cela fait mal de perdre comme ça. Toutes les équipes ne sont pas traitées de la même manière", s’est ainsi justifié le latéral. Le retour dans huit jours, à Vicente-Calderon, promet néanmoins des étincelles.
football.fr


Mercredi 6 Avril 2016 - 10:13



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter