L'Egypte a ouvert la voie aux raids israéliens à Gaza

Israël aurait sûrement répondu militairement à l'assassinat des trois adolescents, mais il ne se serait pas lancé dans une opération d'une telle envergure si le coup d’Etat militaire égyptien et la guerre civile en Syrie n’avaient autant affaibli le Hamas.



A l’heure où les tirs de roquettes se poursuivent vers Israël, les sirènes ont désormais retenti à Tel-Aviv. Ces attaques font suite à une série de raids aériens menés par les forces israéliennes contre plus de 50 cibles à Gaza. L’armée israélienne a rappelé un grand nombre de réservistes en prévision d’une offensive beaucoup plus importante contre le Hamas.
Mais comme l’a rapporté Hugh Naylor dans le National, le Hamas –en dépit de ses récentes victoires politiques– se trouve considérablement affaibli pour l’instant, et cela a beaucoup à voir avec les actions de l’Egypte voisine et, plus indirectement, de l’Iran.

Les répercussions de la guerre en Syrie

Contrairement à l’ancien président Mohamed Morsi, fervent soutient du Hamas, le nouveau gouvernement militaire égyptien a porté un coup terrible à l’organisation en démolissant les centaines de tunnels de contrebande utilisés pour apporter des biens vers Gaza, afin de contrer le blocus imposé par Israël depuis 2006. Le Hamas imposait des taxes sur les biens passant par ces tunnels et les utilisait pour importer des armes.
L’Egypte aurait aussi arrêté ou tué des dizaines d’activistes du Hamas accusés de collaborer avec les Frères musulmans afin de déstabiliser l’Etat.
 
 
 
Le Hamas a également perdu une source importante de financement auprès du gouvernement iranien après avoir abandonné son vieil allié Bachar el-Assad et décidé de soutenir les rebelles syriens en 2012, même si leurs relations se sont, apparemment, quelque peu améliorées depuis. Il est aussi possible que certains des anciens soutiens financiers du Hamas aient redirigé leurs efforts vers le conflit syrien.
Le mouvement connaît actuellement une situation économique délicate, au point de n’avoir pas toujours été capable de payer les travailleurs du service public à Gaza.
Comment l’Egypte a-t-elle réagi aux dernières nouvelles? Certains disent que Le Caire serait en train d’essayer de négocier un cessez-le-feu, mais un représentant du Hamas a déclaré au Al-Monitor que «l’Egypte a, cette fois-ci, pris ses distances».
Les Israéliens auraient sans doute répondu militairement au meurtre atroce des trois adolescents, mais l’on peut penser qu’ils ne se seraient pas lancés dans une opération de cette envergure si le coup d’Etat militaire égyptien et la guerre civile en Syrie n’avaient autant affaibli le Hamas.

Israël reçoit le soutien indirect de l'Egypte et de l'Iran

Etrangement, alors que la situation semble n’avoir jamais été aussi sombre entre Israël et la Palestine, les relations qu’entretient l’Etat hébreu avec ses voisins ne paraissent pas particulièrement dégradées. Israël et l’Egypte travaillent par exemple ensemble à un important contrat gazier. En raison du chaos qui règne en Syrie, les relations commerciales qu’entretient Israël avec la Jordanie et la Turquie seraient aussi en hausse. (Israël aurait aussi, dit-on, accru son soutien à certains groupes anti-Assad, se plaçant, bizarrement, du même côté que le Hamas sur ce point.) 
Aussi, Israël reçoit un soutien direct de l’Egypte, et indirect de l’Iran, pour détruire le Hamas.
Pendant ce temps, les Etats-Unis sont en train de travailler tacitement avec l’Iran en Irak tandis que leurs diplomates se font expulser par l’un des plus fidèles alliés de Washington dans la région.
La politique au Moyen-Orient prend des tours particulièrement imprévisibles.

Slateafrique

Vendredi 11 Juillet 2014 - 12:32



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter